Inscrivez-vous aux concours de recrutement d'enseignants

 

Numérique

Partager cette page

Apports du TNI dans la lecture d'image : un exemple en histoire des arts

Une classe de CM2 de l'école des frères Lumière à Montmagny s’est vue proposer une expérience autour des plus-values du TNI sur la lecture et l’analyse d’images.

Présentation du dispositif

Dans le cadre des apprentissages en histoire des arts, le célèbre tableau « Guernica » de Pablo Picasso a été présenté à deux groupes tests d’une classe de CM2 de la circonscription de Montmorency, en suivant deux démarches pédagogiques différentes. L'une fait appel au support papier traditionnel ; l'autre met en œuvre des outils d’observation spécifiques aux dispositifs de type TNI/VPI.
L’objectif de l’expérience était de tenter de quantifier l’apport et la plus-value des outils du TNI sur la situation d’apprentissage proposée.

 
Contexte historique de l’œuvre étudiée

Guerre d’Espagne, 1937. Le tableau évoque la destruction d’un village et le massacre de sa population civile par l’aviation allemande et ses bombardiers. Cette huile sur toile réalisée en juin 1937 à Paris, est une commande du gouvernement républicain pour l'Exposition universelle de Paris ayant lieu la même année. Le tableau a failli être brûlé à plusieurs reprises, mais il a été soustrait au régime franquiste et envoyé à New York (au MOMA). Il n’a été restitué à l’Espagne qu’en 1981, car Picasso ne souhaitait pas que cette œuvre retourne en Espagne tant que les libertés fondamentales du peuple n‘étaient pas pleinement recouvrées.
Anecdote : la légende raconte qu’un haut dignitaire nazi aurait interpellé Picasso devant le tableau : « c’est vous qui avez fait ça ? » « Non, c’est vous ! » aurait répondu l’artiste...

Guernica, de P. Picasso, huile sur toile, 1937

Déroulement de la séance
Cette séance se déroule en 3 temps :
  • Présentation de l’expérience et passation des consignes en collectif classe
  • Mise en activité successive des deux groupes test et temps de production
  • Retour en grand groupe pour une synthèse de l’expérience et un recueil des avis et du ressenti des élèves

Un prolongement est ensuite proposé à la classe, sous forme d’une restitution du contexte historique de l’œuvre, puis du visionnage d’une vidéo présentant le tableau Guernica modélisé en 3 dimensions.


Mise en oeuvre de la séance et témoignage des élèves


Mise en œuvre de l’expérience

Le premier groupe travaille sur l’œuvre selon le dispositif pédagogique suivant :
Une photocopie en noir et blanc de Guernica au format A4 est distribuée à chaque groupe.
Les élèves ont pour consigne d’observer silencieusement le tableau pendant 5 minutes avec une feuille papier et un crayon à la main.

Une double question leur est posée :
- « A ton avis, quelle histoire raconte ce tableau ? »
- « Que penses-tu de ce tableau, que ressens-tu en le regardant ? »
Les élèves peuvent noter, s’ils le souhaitent leurs idées et leurs réflexions.
Un temps d’échanges est ensuite organisé au sein de chaque groupe pendant 10 minutes. Les élèves ont pour consigne de partager le fruit de leurs observations et de produire collectivement un écrit descriptif et interprétatif sur une affiche grand format.

L’œuvre est présentée au second groupe en utilisant des outils spécifiques :
Le tableau est affiché en grand format sur le TNI de la classe, avec la fonction « projecteur » activée. Toute la zone projetée est donc masquée en noir.

Seul un cercle de 20 cm de diamètre (modifiable dans sa forme/taille et déplaçable) est « éclairé », visible, et éventuellement grossi en activant la fonction loupe de l’outil projecteur.

Un élève « explore » le tableau en déplaçant le cercle sur le TNI à l’aide du stylet, s’arrêtant sur chaque détail à la demande de ses camarades. Ceux-ci commentent et échangent oralement par groupe de 4, au fur et à mesure de l’exploration du tableau. Ils décrivent ce qu’ils voient, ce qu’ils imaginent sur la partie masquée, ils émettent des hypothèses sur les détails observés. Un élève de chaque groupe est chargé de noter les réflexions sur des affiches.
La consigne est identique à celle du premier groupe : les élèves doivent répondre à la double question posée.

Constats

Avec le premier groupe sur papier
Les élèves ont identifié un taureau, un cheval, quelques personnages. Ils ont produit un écrit descriptif très bref, et n’ont pas été en capacité de dépasser une analyse visuelle sommaire pour arriver à exprimer un ressenti vis-à-vis de l’œuvre proposée.
Ressenti global : les élèves ne manifestent pas d’émotion particulière vis-à-vis du tableau, qui n’est jugé que sur des critères esthétiques liés à leur représentation de ce que doit être un « beau dessin ». Un élève exprime sa difficulté à regarder l’œuvre, « ne sachant pas par où commencer ».
 
Avec le second groupe sur TNI
De la même manière, les élèves ont identifié un taureau (point de départ de l’exploration visuelle avec l’outil projecteur).
Ils ont aussi identifié une femme aux seins nus en habits déchirés, qui pleure en regardant vers le ciel. 
Ils ont unanimement identifié la présence d’un bébé mort dans les bras de cette femme.
Ils ont repéré une tête décapitée, un bras arraché tenant une épée cassée, ont évoqué le combat, la défaite, la mort. Ils ont repéré de la fumée, des flammes, un cheval qui hennit violemment. Ils ont manifesté une interrogation concernant la présence d’une « pointe » dans la bouche de plusieurs personnages du tableau (langue tirée ? cris ?)
Ils ont évoqué l’expression et la position des yeux, les dents, très visibles sur plusieurs visages, qu’ils ont associées à la mort, à la représentation de cadavres...
Ressenti global : ici, les élèves ont pu dépasser la simple approche esthétique. Ils sont « entrés» davantage dans le tableau et en ont restitué une analyse plus perceptive et ressentie que visuelle.
 
Synthèse de l'expérience, apports du numérique
La capacité des outils numériques mis en œuvre à pouvoir orienter et focaliser le regard a permis de construire une observation d’une portée nouvelle.
Le fait de ne percevoir qu’un détail du tableau à la fois, de s’y arrêter, de prendre le temps de le décrire et d’échanger sur sa signification a offert à la seconde classe la possibilité de dépasser la simple activité d’observation-description  pour accéder intuitivement au sens de cette œuvre et en comprendre la portée symbolique.
La production écrite qui en résulte  est plus riche, plus construite, l’imaginaire a été questionné et les élèves ont pu mettre en lien différents éléments du tableau pour donner une cohérence à leur récit et à leur interprétation.
 
Pour aller plus loin...
Activités sur TNI à partir de Guernica   (à télécharger pour logiciel Workspace)
Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France