Pour aller plus loin

Partager cette page

L'intégralité du projet académique

3 Axes, 9 objectifs et 27 leviers

 

 

 

Axe 1 : Réussir à tout niveau et dans chaque territoire

L'académie de Versailles a indéniablement confirmé des performances scolaires en progrès, notamment celles concernant la fluidité des parcours et des résultats aux examens. Les taux d'accès des élèves de 6e au diplôme du national du brevet (D.N.B.) et des élèves de 2nde au diplôme du baccalauréat mettent cependant en évidence une difficulté à faire progresser tous les élèves avec des écarts de réussite aux examens, que seul le contexte sociodémographique ne peut expliquer.

Or, le décrochage scolaire est un des enjeux les plus importants des systèmes éducatifs, que l'on doit analyser comme l'ultime moment d'un processus qui se déroule dans la durée et qui impacte fortement l'insertion sociale et professionnelle.

La difficulté scolaire représente un des aspects les plus importants dans ce processus, pouvant intervenir très tôt dans un ensemble d'interactions qui mènent les élèves les plus fragiles à se désengager des apprentissages scolaires.

L'académie de Versailles se caractérise par un niveau de performance scolaire élevé à l'entrée en 6ème mais dont l'équité doit constituer un axe de progrès. Une attention particulière doit être portée aux contextes d'enseignement dans lesquels les parcours se construisent.

Chaque enfant doit pouvoir disposer des meilleures conditions pour développer et lier entre eux ses apprentissages dès son entrée à l'école qui se doit d'« inclure tous les élèves dans les apprentissages ».

Les programmes de l'école et du collège, conçus par cycles de trois ans selon une logique curriculaire, assurent désormais une véritable progressivité des apprentissages et renforcent la cohérence éducative entre l'école et le collège. Ils poursuivent un double objectif de formation et de socialisation en permettant aux élèves de découvrir puis de réinvestir chaque notion et de construire à leur rythme les apprentissages et les compétences visés.

Cela exige une coopération plus large et plus approfondie au sein de la communauté éducative et de ses partenaires afin de pouvoir « accompagner chaque élève dans un parcours ambitieux et sécurisé ». Les taux d'accès des élèves de 2nde à un baccalauréat professionnel, technologique ou général demeurent perfectibles, alors même que les résultats aux examens ne cessent de progresser.

L'analyse des indicateurs des lycées de l'académie de Versailles met en évidence de fortes disparités dans les politiques d'orientation et d'accompagnement des élèves les plus fragiles.

La transition entre l'enseignement scolaire et l'enseignement supérieur requiert une attention renouvelée, qui concerne toutes les filières de formation et notamment les formations professionnelles et technologiques.

C'est également une question d'équité pour la première académie de France par sa démographie scolaire. Elle doit avoir pour objectif une démocratisation exigeante, non seulement de l'accès mais également de la réussite dans l'enseignement supérieur, notamment pour les bacheliers technologiques et professionnels.

L'évolution de la carte des formations de l'académie de Versailles s'inscrit dans cet objectif et dans une démarche prospective au sein de la région académique Ile de France. Il s'agit d'assurer à chaque jeune le meilleur taux d'accès possible à une première diplomation. Une plus grande diversité des formations proposées au sein des établissements, l'élaboration collaborative de projets pédagogiques, des lycées véritablement inscrits dans leur environnement sont des déterminants propices à une dynamique positive au service de la réussite des élèves.

La capacité d'impulsion des acteurs investis dans des démarches fédératives et innovantes, mieux reconnue, permettra d'« engager une nouvelle dynamique territoriale ». Il devient indispensable de catégoriser et de territorialiser les actions car les découpages se déclinent et se réinventent à différentes échelles, qui se veulent désormais interconnectées.

 

 

Objectif 1 : Inclure tous les élèves dans les apprentissages

 

L'apprentissage ne nécessite pas seulement des processus cognitifs, mais également des processus émotionnels et motivationnels. L'élève engagé dans la scolarité apprend à réfléchir, à mobiliser des connaissances, à choisir des démarches et des procédures adaptées, pour penser, résoudre un problème, réaliser une tâche complexe ou un projet, en particulier dans une situation nouvelle ou inattendue.

Les enseignants définissent dès lors les modalités les plus pertinentes pour parvenir à ces objectifs en suscitant l'intérêt des élèves. Ils centrent leurs activités ainsi que les pratiques des enfants et des adolescents sur de véritables enjeux intellectuels, riches de sens et de progrès, qui doivent inciter à "renouveler les approches didactiques et pédagogiques" (levier 1).

La différenciation des approches pédagogiques renforce l'efficacité des apprentissages. L'académie de Versailles doit "encourager l'initiative, la créativité et le travail collaboratif" (levier 2) en soutenant collectivement la construction de nouvelles professionnalités.

Il s'agit également de faire émerger la conscience de la transférabilité des connaissances en s'adaptant à des situations nouvelles toujours plus nombreuses compte tenu de la diversité des publics accueillis dans l'académie.

L'influence des contextes sur la motivation, notamment la relation élève-enseignant, est déterminante car la mise en action dépend de l'évaluation de la désirabilité et de la faisabilité du but que l'élève poursuit.

L'erreur se confond souvent à la faute et ne permet pas de construire un savoir dans la confiance, tout en inhibant l'expression de la créativité. Il s'agit dès lors de "promouvoir une évaluation valorisante" (levier 3). Celle-ci représente un enjeu déterminant pour la réussite des élèves, quelle que soit la forme que prennent l'évaluation et sa traduction et quelle que soit la finalité qu'on lui attribue.

Elle doit être conçue comme une modalité d'apprentissage, afin d'en faciliter et de réguler les processus, dans l'objectif de faire progresser les élèves.

 

 

Objectif 2 : Accompagner chaque élève dans un parcours ambitieux et sécurisé

 

L'Ecole poursuit un double objectif de formation et de socialisation.

 « Garantir l'acquisition d'un socle commun de connaissances, de compétences et de culture » (levier 1) à chaque élève constitue une culture scolaire indispensable à la construction de son parcours personnel et professionnel.

 Une compétence est l'aptitude à mobiliser ses ressources (connaissances, capacités, attitudes) pour accomplir une tâche ou faire face à une situation complexe ou inédite.

Compétences et connaissances ne sont ainsi pas en opposition. Leur acquisition suppose de prendre en compte dans le processus d'apprentissage les vécus et les représentations des élèves, pour les mettre en perspective, enrichir et faire évoluer leur expérience du monde. L'accroissement des écarts de performance en fin de collège graphique est très révélateur de la dualité à laquelle doit faire face l'académie de Versailles : concilier performance scolaire et équité.

La transition entre le collège et le lycée doit être davantage accompagnée pour que les taux d'accès aux baccalauréats général, technologique et professionnel des élèves de seconde, assurent véritablement une équité entre toutes les voies et les modalités de formation dans l'académie de Versailles.

Cette transition doit être mieux anticipée, car la construction d'un projet joue un rôle important dans la persévérance scolaire et la réussite des élèves. Il s'agit de « construire la progressivité et la réversibilité des parcours de formation » (levier 2) permettant d'élever le niveau de qualification et l'accès à une première diplomation des lycéens, dans la perspective d'une poursuite d'études réussie dans l'enseignement supérieur.

Cet enjeu s'inscrit dans la loi pour l'enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013 et dans la stratégie Europe 2020.

L'objectif est d'investir dans une croissance intelligente, durable et inclusive, accompagnée d'un haut niveau d'emploi, de productivité et de cohésion sociale, que le potentiel économique et culturel de l'Essonne, des Hauts-de-Seine, du Val d'Oise et des Yvelines doit faciliter.

Dans cette perspective, il est indispensable de « développer la compétence à s'orienter tout au long de la vie » (levier 3) en assurant à chacun la capacité à recueillir, analyser, synthétiser et organiser les informations sur les formations et les métiers dans l'objectif d'une insertion professionnelle. Cette compétence est fondamentale tout comme la capacité à se connaître soi-même afin d'aborder les transitions inhérentes à tout parcours individuel et professionnel.

 


Objectif 3 : Engager une nouvelle dynamique territoriale

La taille de l'académie de Versailles est une opportunité à condition de « définir des politiques différenciées et adaptées à chaque territoire » (levier 1). L'objectif est de faire émerger des solutions concrètes qui, d'une part, tiennent compte du contexte social, scolaire et géographique et, d'autre part, s'appuient sur des stratégies de co-construction avec les acteurs impliqués.

Les découpages pertinents se cherchent, se déclinent et se réinventent à différentes échelles qui se veulent interconnectées.

Leur mise en synergie doit « conforter l'action des réseaux dans un cadre académique défini » (levier 2) en adaptant le champ territorial pour l'animation et la formation des acteurs à la nature du sujet, de la thématique et/ou du projet.

La politique académique en impulsion et en appui de l'initiative locale est un facteur clé de succès de la conduite du changement dans les environnements pluriels et complexes de ses départements.

En fonction du contexte local, il peut s'avérer nécessaire de mobiliser simultanément plusieurs leviers relevant de compétences partagées. Si le bassin d'éducation peut être l'échelon pédagogique capable de traduire la politique académique en ajustant les orientations aux besoins et aux ressources d'un collectif diversifié d'établissements (EPLE, Gréta, CFC..), d'autres maillages territoriaux sont à conforter et à développer pour optimiser la déclinaison des politiques publiques transversales.

C'est pourquoi, il faut davantage « mobiliser les partenaires et les ressources » (levier 3) pour créer les conditions d'une plus grande efficience dans le cadre de la modernisation de l'action publique au service de la réussite des élèves de l'académie de Versailles.

 


Axe 2 : Apprendre et agir dans le monde du 21ème siècle

La conduite d'une transformation de notre système éducatif, pour plus d'efficacité, plus de justice et une exigence toujours plus grande, engage les différents acteurs de l'académie de Versailles au plus près des territoires pertinents afin de pouvoir « apprendre et agir dans le monde du 21ème siècle ».

Ils doivent donc être encouragés et soutenus dans leurs initiatives afin de mobiliser pleinement le potentiel des ressources sociodémographiques, culturelles et économiques de la région Ile-de-France. Il s'agit de construire des dispositifs ouverts sur leur environnement, en suscitant l'émergence d'« incubateurs » de parcours de formation favorisant l'insertion sociale et professionnelle. Ils doivent être envisagés jusqu'aux plus hauts niveaux de qualification contribuant ainsi à la dynamique des territoires.

Les Campus des métiers et des qualifications sont, en ce sens, une opportunité de développer des écosystèmes performants au sein de pôles de compétitivité et de répondre aux enjeux d'innovation et de besoins en formation des acteurs économiques. C'est un axe de progrès pour l'académie de Versailles car ils constituent un levier d'une formation renouvelée dans son organisation comme dans ses objectifs.

Le rapprochement des environnements économiques, sociaux, culturels, de la recherche et éducatif, facilitera le développement de compétences offrant une visibilité accrue sur des parcours de formation adaptés à chacun.

Il est par ailleurs souhaitable d'acquérir des compétences interculturelles, qui ne sont pas innées et qui s'acquièrent par l'éducation et l'expérience vécue afin de réussir sa vie dans toute la complexité et l'hétérogénéité du monde moderne qui est le nôtre.

Apprendre à vivre ensemble entre tous les membres de la communauté mondiale représente un enjeu d'une actualité toute particulière pour l'académie de Versailles.

L'apprentissage de la citoyenneté et du vivre ensemble est un objectif pédagogique aussi important que la transmission des savoirs. Il participe à la construction de l'individu propre à « favoriser l'engagement individuel et collectif ».

Il donne aux élèves les moyens de s'engager dans des activités scolaires ou hors temps scolaire, d'agir, d'échanger avec autrui, de conquérir leur autonomie et d'exercer progressivement leur liberté et leur statut de citoyen responsable.

Le rapport à autrui est crucial dans la construction de l'identité, car toute identité se construit en fonction de l'« altérité » ou des « altérités », par rapport aux « autres » et sous le regard extérieur des « autres ».

L'ouverture sur le monde invite à une plus grande mobilité des acteurs de l'éducation. Si celle-ci recouvre l'ensemble des séjours hors du territoire français à des fins pédagogiques, professionnelles, linguistiques ou culturelles, d'autres modalités peuvent être envisagées dans l'objectif de « promouvoir l'expérience de la mobilité comme valeur éducative ».

La socialisation, essentielle à la construction personnelle, nécessite d'ouvrir le champ des possibles en permettant l'accès à d'autres savoirs et à une culture rendant possible l'exercice de l'esprit critique. La maîtrise de codes, de règles, de systèmes et de représentations mettent en jeu des connaissances et des compétences qui sont sollicitées comme outils de pensée et de communication à condition d'avoir pu « acquérir les nouveaux langages » et de les mobiliser.

 

 

Objectif 1 : Favoriser l'engagement individuel et collectif

L'apprentissage de la citoyenneté et la démocratie sont consubstantiels. L'Ecole prépare, au titre de sa mission d'éducation à la citoyenneté, les élèves à vivre en société et à devenir des citoyens responsables et libres, conscients des principes et des règles qui fondent la démocratie.

C'est en donnant toute leur place à la capacité de l'élève à juger par lui-même, au sentiment d'appartenance à la société, ainsi qu'à son aptitude à vivre de manière autonome, à préparer son engagement en tant que citoyen que l'Ecole pourra « agir pour améliorer le vivre-ensemble » (levier 1).

La citoyenneté ne se décrète, ni ne s'impose : elle se nourrit d'expériences, de rencontres.

En cela, la responsabilité éducative ne peut être que collective et partagée entre tous les acteurs éducatifs de l'académie de Versailles, réunis par l'objectif d'accompagner les jeunes dans l'élaboration autonome de clés de compréhension du monde du 21ème siècle.

Il est essentiel que l'institution scolaire joue de son implantation locale et tisse des liens au sein des territoires de proximité qui sont ceux de la vie quotidienne des élèves, de leurs parents, des partenaires de l'école, afin que l'émergence de la citoyenneté s'appuie sur des situations vécues, et non pas sur une seule connaissance abstraite des règles.

La mise en œuvre des actions éducatives à destination des élèves du premier et du second degrés valorisent les initiatives collectives ou individuelles, encouragent les approches pédagogiques transversales et contribuent à développer les partenariats.

« Elle renforce la synergie entre les actions éducatives et les apprentissages » (levier 2) en leur donnant du sens et rendant concrètes les valeurs de la citoyenneté démocratique.

Si l'Ecole a toujours eu pour mission la transmission de valeurs républicaines à travers ses enseignements, les pratiques pédagogiques favorisant leur apprentissage évoluent. Elles visent aujourd'hui à développer, chez les élèves, les compétences sociales et civiques nécessaires à l'application concrète des principes enseignés.

Elles tendent également à accroître le sentiment d'appartenance à une communauté de valeurs fondée sur une histoire commune et une volonté de vivre-ensemble, à condition de savoir « reconnaitre l'implication et la solidarité » (levier 3).

 

 

Objectif 2 : Promouvoir l'expérience de la mobilité comme valeur éducative

L'étendue spatiale comme support des mobilités européenne et internationale a montré tout son intérêt dans la sécurisation des parcours de formation de la voie professionnelle dans l'académie de Versailles, des marges de progrès demeurent dans les autres voies.

Elle se doit de « proposer à chaque élève une expérience de mobilité encadrée individuelle ou collective" (levier 1).

Cette « mobilité apprenante », puisqu'elle s'accomplit à des fins d'apprentissage et s'inscrit dans un projet pédagogique, personnel ou professionnel, devra être valorisée et devenir la règle et non l'exception.

Elle contribue à acquérir des compétences professionnelles, sociales et interculturelles reconnues tout au long de la vie comme le rappelle la stratégie européenne « Éducation et formation 2020 ».

L'académie de Versailles doit « développer les partenariats internationaux et la diversité linguistique » (levier 2) en réponse aux multiples opportunités offertes par les dimensions européenne et internationale de ses partenaires économiques, culturels, technologiques...

L'École a une responsabilité particulière dans la formation de l'élève en tant que personne et futur citoyen. Elle permet à l'élève de développer dans les situations concrètes, dans et hors l'école, son aptitude à vivre de manière autonome, à participer activement à l'amélioration de la vie commune.

Toutes les situations concrètes où connaissances et valeurs trouvent, en s'exerçant, les conditions d'un apprentissage permanent, ne pourront que favoriser une insertion réussie à condition de « multiplier les échanges avec les environnements économiques et sociaux » (levier 3) et profiter pleinement du potentiel de l'académie de Versailles.

 

 

Objectif 3 : Acquérir les nouveaux langages

Les axes de progrès de l'académie de Versailles porteront notamment sur un changement d'échelle des actions en faveur de l'éducation artistique et culturelle et sur une orientation plus affirmée des interventions en faveur des territoires les plus éloignés de la culture.

Chaque jeune doit ainsi pouvoir « développer sa sensibilité par les arts et la culture » (levier 1) en prenant en compte la diversité des pratiques et des modes d'accès, garante d'une plus grande cohésion sociale.

L'éducation aux médias s'inscrit également dans cet objectif alors même que le numérique est porteur de changements profonds du monde, qu'il s'agisse des savoirs, des méthodes d'enseignement ou des organisations.

Les innovations, qu'il permet, doivent faire l'objet d'expérimentations et d'évaluations pour que l'Ecole puisse donner aux élèves les savoirs correspondants, qu'elle les prépare à la citoyenneté numérique et à l'emploi de de demain.

La transformation numérique de l'école nécessite de donner du sens aux outils numériques en les intégrant dans les pratiques pédagogiques et éducatives pour « s'emparer de la culture numérique » (levier 2).

Il s'agira pour l'académie de Versailles d'accompagner les initiatives mises en place par des écoles, collèges ou lycées sur l'usage du numérique dans l'enseignement ou sur l'éducation à la société numérique et d'en analyser les effets sur les apprentissages et les enseignements.

Il est donc essentiel de « soutenir les démarches de projets fondées sur la participation et l'implication des élèves » (levier 3).

Celles-ci renforcent l'accroissement de l'autonomie et la prise de responsabilité au sein d'un groupe par le recours à l'expérimentation, au développement de la créativité par l'émulation, à l'engagement, l'implication personnelle, le respect des élèves entre eux...

L'école en tant que communauté d'apprentissage doit permettre la construction de savoirs individuels et collectifs, l'ajustement des pratiques et la recherche de sens.

 

 

Axe 3 : Mobiliser les intelligences

La région académique Ile-de-France concentre plus du quart des effectifs de l'enseignement supérieur en 2015/2016, dont 186 000 étudiants dans l'académie de Versailles. Elle dispose ainsi d'un vivier exceptionnel de recrutement de futurs enseignants, notamment au sein de ses cinq universités. Celles-ci forment plus de 100 000 étudiants chaque année, avec un taux de progression en constante augmentation.

C'est un défi pour l'académie dans un contexte massif et croissant de sa population scolaire. En France, un élève sur dix est scolarisé dans l'académie de Versailles, un sur deux de la région Ile-de-France.

L'académie de Versailles est confrontée à une difficulté pour pourvoir tous les postes d'enseignants, dont elle bénéficie alors même que la professionnalité enseignante est le premier levier d'amélioration de la performance scolaire.

Ils doivent préparer les élèves à vivre dans une société de plus en plus complexe et une économie dans laquelle on attend d'eux qu'ils soient désireux et capables de poursuivre leur apprentissage tout au long de leur vie.

La professionnalisation de la formation initiale des futurs professeurs et personnels s'opère de manière progressive, dès la licence, puis durant les deux années de master dans l'académie de Versailles.

La formation dont ils bénéficient au sein de l'ESPE de l'académie de Versailles est un moyen de rendre ce métier plus attractif et de susciter de nouvelles vocations.

L'affectation des enseignants constitue certainement un axe de progrès car l'attractivité des métiers de l'enseignement est en partie corrélée aux perspectives de mobilité et de développement professionnel.

La surreprésentation des jeunes enseignants dans les territoires les plus défavorisés ou géographiquement éloignés des centres urbains de l'académie est peu propice à la stabilité des équipes pédagogiques.

Il s'agit de « construire une académie de formation » qui puisse répondre à l'enjeu du recrutement alors qu'elle forme déjà plus de 3 000 enseignants stagiaires à chaque rentrée universitaire et qu'elle recrute presqu'autant d'enseignants contractuels.

La complexification de leurs missions et l'exigence que la société porte à l'Ecole créent les conditions d'une nouvelle professionnalité enseignante afin de pouvoir faire réussir de nouveaux publics dans des contextes d'enseignement, qui sont pour certains à inventer.

La pratique professionnelle doit donc être nourrie, par l'appropriation de nouveaux savoirs ou pratiques, par l'actualisation de compétences, par des échanges réguliers entre pairs et avec les acteurs de la communauté éducative.

Les conditions d'exercice de l'enseignement jouent un rôle important dans le développement des stratégies d'innovation pédagogique et les difficultés peuvent conduire à l'abandon de la profession.

L'académie de Versailles doit ainsi « s'engager dans une culture du développement professionnel » afin d'accompagner ses 74 000 enseignants et ses 16 000 personnels non enseignants mobilisés au quotidien pour que vive l'Ecole de la République. Tous les métiers évoluent et se transforment avec l'intégration du numérique et les transformations des sociétés.

Le développement professionnel doit être associé à la recherche, à la réflexion et à toute expérience d'apprentissage permanent. C'est un processus de transformations individuelle et collective des compétences mobilisées ou susceptibles de l'être dans des contextes éducationnels de plus en plus complexes.

Chacun doit pouvoir « s'investir dans une organisation apprenante », car le capital humain est le facteur déterminant qui permettra à l'académie de Versailles de relever les défis, quelle a identifiés lors de la démarche collaborative d'élaboration du projet académique « 2016-2020 ».

 

 

Objectif 1 : Construire une académie de formation

L'académie de Versailles veille à assurer à chaque personnel d'enseignement et d'éducation stagiaire les conditions de réussite de son parcours de formation intégrative, par la mobilisation des corps d'inspection, des services académiques, de l'ESPE et des responsables de parcours universitaires.

La capacité à  « repérer et attirer les talents » (levier 1) susceptibles de se destiner aux métiers de l'enseignement est une compétence que l'académie de Versailles développe en lien avec l'ESPE.

Celle-ci est intégrée à l'université de Cergy-Pontoise en partenariat avec l'université d'Evry-Val d'Essonne, l'université Paris-Nanterre, l'université Paris-Sud, l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et l'INS HEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés).

La mise en place de nouveaux formats de concours de recrutement l'engage à toujours mieux « accueillir pour faciliter l'intégration » (levier 2) des enseignants affectés dans une de ses 3 336 écoles (publiques et privées) et de ses 808 établissements du second degré (publics et privés).

Les savoirs sont des fondements et des outils pour l'action d'enseigner et les situations pratiques, des creusets pour construire de nouveaux savoirs dans une perspective interactive et réflexive. L'« alternance intégrative » est en soi une réponse comme temps et lieu de formation permettant d' « accompagner l'entrée dans le métier et les démarches expérimentales » (levier 3).

Les enseignants doivent être soutenus. Il convient d'adopter de nouvelles démarches où, tout au long du cursus de formation, savoirs et compétences professionnelles se combinent en étroite relation avec les contextes d'exercice du métier et les approches scientifiques et didactiques.

C'est pourquoi l'ESPE favorise le processus de transferts entre recherche et pratiques professionnelles. Elle participe à la recherche en éducation et assure la diffusion, le développement et la promotion de méthodes pédagogiques innovantes dans le cadre de ses formations initiales, continuées et continues.

Elle participe ainsi à la recherche en éducation et assure la diffusion, le développement et la promotion de méthodes pédagogiques innovantes dans le cadre de ses formations initiales, continuées et continues.

 

 

Objectif 2 : S'engager dans une culture du développement professionnel

Ce continuum de formation concerne désormais toutes les communautés d'apprentissage, enseignantes ou non enseignantes, qui doivent pouvoir « s'inscrire dans une politique de formation qualifiante et valorisante » (levier 1).

La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale permet des perspectives de qualification, de formation et de progression professionnelles avec pour ambition d'accroître le niveau de qualification de chacun.

Le développement professionnel des personnels de l'académie contribuera à l'élaboration d'une culture académique intercatégorielle à condition d'« organiser une dynamique collective de formation-action et de coopération » (levier 2).

Les synergies possibles sont nombreuses en adoptant une véritable approche de l'intelligence territoriale.

Ainsi l'intégration de la recherche universitaire dans les programmes de formation est l'un des enjeux prioritaires des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE). L'académie de Versailles peut « s'appuyer sur les potentiels scientifiques » (levier 3) et faire du lieu de professionnalisation, un objet d'études pour les mémoires ou les thèses des doctorants. Les propositions pédagogiques des mémoires de Master 2 MEEF peuvent également être expérimentées en faisant de « l'établissement-formateur », un « établissement-apprenant ».

Un ancrage territorial s'appuyant sur les structures existantes (sociales, économiques, industrielles, culturelles, sportives....) est par ailleurs propice au transfert de la recherche en sciences de l'éducation.

 

 

Objectif 3 : S'investir dans une organisation apprenante

Dans une organisation apprenante, il est indispensable de « structurer les processus » (levier 1) au sein d'une structure plus horizontale, qui encourage l'innovation, la réflexibilité, l'ouverture, la communication, la créativité, le partage et la transparence.

La gestion des connaissances est stratégique pour l'académie de Versailles, compte tenu de sa taille et de son poids dans la démographie scolaire. C'est en adoptant une conception proactive et créative et en ayant recours à l'intelligence et à l'imagination, qu'elle pourra « adopter une culture de l'apprentissage continu » (levier 2).

Une organisation apprenante doit sans cesse évaluer son expérience et transformer cette expérience en savoir afin que ce dernier soit à la portée de l'ensemble de l'organisation académique et soit en rapport avec les défis, qu'elle s'est fixés.

La capacité à  « promouvoir une évaluation partagée » (levier 3) dans le cadre d'un processus volontaire et participatif d'amélioration continue est un levier pertinent pour impliquer tous les personnels de l'académie dans la construction d'une culture académique. La mise en œuvre de la démarche qualité associée au projet académique constitue un facteur de mobilisation propice au développement personnel et professionnel de chacun.

Elle répond à l'aspiration collective à apprendre continuellement à apprendre ensemble afin que chacun puisse Réussir à tout niveau et dans chaque territoire .



 

 

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France