Toute l'actualité de la DSDEN 95

Partager cette page

Le séminaire départemental E.I.P. a vu se succéder des intervenants remarquables devant un amphi complet
Evénement

Ce séminaire, organisé par Catherine Wojciechowski (I.E.N. en charge de l'adaptation scolaire) et Philippe Delamarre (psychologue de l'Education Nationale), avait pour ambition de dresser un état des lieux théorique et pratique des connaissances et des actions mises en oeuvre en faveur de l'intégration des Enfants Intellectuellement Précoces (E.I.P.) dans le système éducatif.

Retrouvez les propos des différents intervenants en suivant les liens indiqués après chaque descriptif.

"Peut-on parler d'un « spectre » des Hauts Potentiels", telle était la question posée par l'une des conférences. On peut assurément parler d'un spectre des approches du haut potentiel, tant les angles d'approche du sujet étaient variés (et complémentaires), au fil des interventions.

D'utiles points de vigilance proposés après chaque conférence par Mme Wojciechowski venaient compléter les apports des différents conférenciers, devant un auditoire de 300 personnes, en grande majorité enseignants et psychologues scolaires.

séminaire EIP 2018 catherine wojciechowski

La journée, qui s'ouvrait avec une intervention de Hervé Cosnard, était conclue par Catherine Wojciechowski, IEN à la circonscription de Cergy ASH.

Voir les propos introductifs de Hervé Cosnard (IA-DASEN du Val-d'Oise), Jean-Baptiste Chiama (responsable pédgogique du site ESPE de Cergy), Philippe Delamarre (chargé de mission EIP) et Catherine Wojciechowski (IEN Cergy ASH)

Ecouter les points de vigilance de Mme Wojciechowski


Haut Potentiel Intellectuel : au-delà des idées reçues

Nicolas Gauvrit, mathématicien et chercheur en psychologie cognitive, a apporté son point de vue scientifique et rationnel pour réfuter un certain nombre d'idées reçues sur le Haut Potentiel. Décorrélant haut potentiel et troubles affectifs, il qualifie les personnes entrant dans les deux catégories de "doublement exceptionnelles". Et tout en traversant un panorama des différentes théories des l'intelligence, il affirme que nombre de difficultés attribuées aux H.P.I. n'y sont pas plus représentées que dans le reste de la population... pour conclure en avançant des raisons positives d'agir en faveur des E.I.P., notamment dans les classes.

séminaire EIP 2018 nicolas gauvrit

Voir la conférence de Nicolas Gauvrit

Voir les questions posées


Peut-on parler d'un "spectre" des Hauts Potentiels ?

séminaire EIP 2018 catherine weismann-arcache

Catherine Weismann-Arcache, psychologue clinicienne et formatrice DEPS, à travers une approche clinique et psychopathologique, souligne l'hétérogénéité de la population des H.P.I. Elle introduit des nuances (par exemple entre intelligence et pensée), et affirme que le Haut Potentiel Intellectuel, loin d'être un handicap, apparaît au contraire comme un "facteur de protection dans les troubles dyspraxiques et autistiques".

Voir la conférence de Catherine Weismann-Arcache

Voir les questions posées


Les problèmes rencontrés par les enfants précoces

Clôturant la matinée, Béatrice Millêtre, docteure en psychologie et diplômée de neurosciences, met en avant son expérience de thérapeute comportementaliste et cognitive pour affirmer que les E.I.P. "vont plutôt mieux que les autres enfants" et dresse un profil des difficultés auxquelles ils sont confrontés, dûes avant tout à une non connaissance des modes de fonctionnement particuliers propres à la surdouance.

séminaire EIP 2018 béatrice millêtre

Voir la conférence de Béatrice Millêtre

Voir les questions posées


Identification du haut potentiel au service des enseignants et de la pédagogie

séminaire EIP 2018 catherine cuche

L'après-midi, c'est d'Outre-Quiévrain que soufflait le vent de l'intelligence. Catherine Cuche, docteure en sciences psychologiques, puis Isabelle Goldschmidt, professeure des écoles et psychologue, parlaient de l'évolution du test WISC (du WISC 3 au WISC 5), qui affine l'identification (le mot "diagnostic"

séminaire EIP 2018 isabelle goldschmidt

s'appliquant aux maladies) en déclinant un nombre croissant d'indices (5 pour la dernière version). Ce qui rend caduque une identification "binaire" (être ou ne pas être H.P.I.) et permet de qualifier des "zones de hautes potentialités". Deux cas "cliniques" venaient montrer la pertinence de cette démarche pour développer des pistes pédagogiques.

Voir la conférence de Catherine Cuche et Isabelle Goldschmidt

Voir les questions posées


L'accueil et  la scolarisation des élèves intellectuellement précoces au collège... un modèle d'éducation inclusive

Enfin, Alain Salzemann, docteur en biologie, nous parlait de son expérience de principal-adjoint au collège Charcot de Joinville-le-Pont (94), qui accueille 70 élèves à haut potentiel dans une démarche d'inclusion. Ce modèle d'éducation inclusive profite à une population plus large, qui partage de plus en plus communément les difficultés des E.I.P.

séminaire EIP 2018 alain salzemann

Voir la conférence de Alain Salzemann

Voir les questions posées




Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France