Politique éducative

Partager cette page

Éducation prioritaire et réussite éducative

Inscrite dans la loi de refondation de l'École de la République, la réduction des inégalités sociales et territoriales est l'une des priorités du Gouvernement. La réforme de l'Éducation prioritaire présentée jeudi 16 janvier 2014 par Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, et George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, comprend 14 mesures-clés définies autour de 3 axes :

  • des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire,
  • des équipes éducatives formées, stables et soutenues,
  • un cadre propice aux apprentissages.

Un référentiel est élaboré pour permettre aux équipes d'exercer pleinement leur liberté pédagogique en s'appuyant sur des repères solides et fiables.

1. L'Éducation prioritaire dans l'Essonne

La politique d'éducation prioritaire vise à réduire les effets des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire. Cette politique d'égalité des chances a pour principal objectif la réduction des écarts de réussite, avec le reste du territoire, sur l'ensemble du parcours scolaire des élèves qui y sont scolarisés.

Les collèges et les écoles qui l'alimentent se structurent en réseau, autour d'un projet fédérateur, le contrat du réseau.

Cette organisation favorise la continuité des parcours d'apprentissage de la maternelle au collège, avec une attention particulière portée au passage de la maternelle à l'élémentaire, puis de l'élémentaire au collège. L'orientation après la classe de troisième a pour objectif d'engager les élèves dans des parcours scolaires ambitieux. C'est l'ambition de cette politique mise en œuvre dans le département de l'Essonne. La réussite scolaire doit conduire à l'acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture à l'issue de la scolarité obligatoire et à la réussite au diplôme national du brevet. L'ambition scolaire qui caractérise la politique d'Éducation prioritaire permet aux élèves d'accéder à des parcours de formation variés, par des scolarités suivant des parcours d'excellence ou d'autres voies de la réussite.

À la rentrée 2015, le département de l'Essonne compte 6 réseaux REP+, 16 collèges REP et 3 collèges « En attention particulière ». Ces réseaux regroupent 164 écoles primaires et 22 collèges qui accueillent respectivement «45 077 élèves. Ces effectifs représentent 22,32% d'élèves scolarisés dans le département dans un réseau d'éducation prioritaire. Les REP+ de l'Essonne sont les réseaux Vilar, Delaunay, Neruda à Grigny, les réseaux Senghor et L. Michel à Corbeil-Essonnes et les pyramides à Évry.

2. La refondation de l'Éducation prioritaire et les réseaux REP+

À la suite des assises de l'éducation prioritaire qui se sont tenues en automne 2013, le ministère a engagé le 9 avril 2014 une relance de la politique de l'éducation prioritaire fondée sur la mise en œuvre de moyens nouveaux et une approche résolument orientée vers la pédagogie et la formation.

Dans le cadre de la refondation de l'éducation prioritaire, les six réseaux REP+ du département de l'Essonne ont bénéficié à la rentrée 2015 des nouveaux moyens alloués à l'éducation prioritaire. Il s'agit notamment :
de l'aménagement du temps de travail des enseignants
* d'un renforcement de la formation continue des enseignants * du développement des nouveaux dispositifs d'organisation scolaire (Plus de maîtres que de classes, Accueil des élèves de moins de trois ans, Accompagnement scolaire numérique...)

3. De nouveaux dispositifs pour accompagner les élèves

La scolarisation des moins de 3 ans dans chaque réseau
La scolarisation des enfants avant trois ans a été identifiée comme un puissant levier pour la réussite des élèves, notamment de ceux issus des milieux les moins favorisés.

« Plus de maîtres que de classes » dans chaque école
L'affectation dans une école d'un maître supplémentaire favorise le travail collectif des enseignants et contribue à bien identifier les besoins des élèves et à accompagner leurs apprentissages par des pédagogies différenciées.

Un accompagnement continu jusqu'à 16 heures 30 pour les élèves de sixième
Les élèves de sixième bénéficieront d'aide aux devoirs, d'un soutien méthodologique ou d'un tutorat pendant les temps laissés libres entre les heures de cours en étant accueillis dans l'établissement jusqu'à 16 heures 30.

L'extension du dispositif D'Col dans tous les collèges de l'éducation prioritaire
Depuis la rentrée 2013, D'Col propose aux élèves de 6e en difficulté un dispositif numérique innovant d'aide individualisée, de soutien et d'accompagnement en français, en mathématiques et en anglais. Un enseignant référent prend en charge et encadre les élèves deux heures par semaine autour d'activités pédagogiques numériques.

Le développement d'internats de proximité pour les collégiens
Les jeunes issus de milieux modestes peuvent avoir besoin de conditions d'hébergement et d'études adaptées pour réussir. Le développement d'internats de proximité, prévu par les investissements d'avenir, doit répondre à ce besoin.

La création de quatre formateurs académiques REP+ vient compléter l'accompagnement des équipes enseignantes dans le domaine de la formation.

4. Renforcer l'efficacité des réseaux d'éducation prioritaire en Essonne

Encourager les pratiques pédagogiques qui permettent la réussite de tous les élèves
Les politiques et dispositifs de l'éducation prioritaire visent à favoriser l'innovation dans les champs de la pédagogie, de la vie scolaire, des ressources humaines et dans le pilotage des réseaux. La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École du 23 avril 2015 la mentionne dans son article 34.

Dans chaque école et établissement d'enseignement scolaire public, un projet d'école ou d'établissement est élaboré. Il permet de prévoir la mise en œuvre des expérimentations et des innovations. Dans le champ de la pédagogie, les innovations peuvent porter sur :

  • la conduite du groupe classe et l'organisation des apprentissages (groupes de compétences, groupes de besoins, pratiques de la co-intervention...)
  • l'organisation du temps scolaire (mobilité des emplois du temps)

Favoriser la fluidité du parcours des élèves dans le réseau
Pour favoriser la fluidité des parcours, ce sont toutes les transitions qui doivent être mieux accompagnées : celle entre la grande section de maternelle et le cours préparatoire ; celle entre chaque cycle, à l'école comme au collège ; celle entre le collège et les trois voies du lycée ; celle enfin entre le lycée et l'enseignement supérieur, en étant attentif :

  • aux acquis des élèves,
  • aux méthodes de travail,
  • à la continuité de l'orientation
  • au repérage des signes précurseurs du décrochage scolaire.

Nous veillons à la définition du projet d'orientation de l'élève en articulation avec le parcours de découverte des métiers et des formations.

Les corps d'inspection des premier et second degrés accompagnent les équipes dans le choix et le suivi de ces pratiques innovantes.

5. Contacts

Catherine CÔME, Directrice académique des services de l'éducation nationale adjointe au Directeur académique des services de l'Éducation nationale.

Anne DUCEUX, I.E.N. politique de la ville / Éducation prioritaire

Inayatte BEN SLIMANE, Conseillère pédagogique auprès de l'I.E.N. Politique de la ville

Liste des coordonnateurs REP+ et REP et AEP

6. Textes de référence

L'Éducation prioritaire, site Internet du ministère de l'éducation nationale.

Refonder l'Éducation prioritaire, les mesures-clés

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France