Numérique

Partager cette page

Classes numériques de Montigny-lès-Cormeilles

A l’initiative de la circonscription de Herblay et avec l’appui de la commune de Montigny-lès-Cormeilles, deux classes « tout numérique » participent activement au développement et à la réflexion autour des usages du numérique éducatif depuis la rentrée 2016, au sein des écoles Georges Braque et Henri Matisse, toutes deux en zone d’éducation prioritaire.

Ce projet a pour origine le constat de sous-utilisation de l’ancienne salle informatique de l’école et l’interrogation sur les moyens  d’amener le numérique au cœur de la classe et sur les effets possibles sur les élèves, les professeurs et les familles.

 

Objectifs

Expérimenter sur une cohorte d’élèves (CM1 puis CM2) les usages optimaux et quotidiens du numérique avec du matériel accessible (TNI et tablettes).


Céline Lalonde et Frédéric Hostein, les deux enseignants de ces classes de cycle 3 à qui le projet a été proposé n’avaient pas de connaissances spécifiques du numérique. Ils ont accepté de participer sur plusieurs années à cette expérimentation soutenue par l’équipe de circonscription et la Direction Académique du Val d’Oise.


Chaque classe a été équipée avec :

  • un TNI
  • une classe mobile de tablettes
  • une connexion internet
  • un serveur permettant le stockage des fichiers des élèves

 

Une formation filée a été proposé à ces deux professeurs des écoles afin de développer leurs compétences dans l’usage du numérique, de les aider à s’approprier le projet et de leur donner aussi du temps pour travailler ensemble sous forme d’auto-formation ou de co-formation.

 

Mise en oeuvre

Dans un premier temps, les enseignants ont cherché à rendre leur classe complètement numérique en cherchant à transférer presque intégralement leur fonctionnement précédent sur un fonctionnement utilisant le numérique.

 

Ils se sont heurtés à des difficultés qui les ont contraints à adapter leurs modalités de travail, à changer certains gestes professionnels, tout en réfléchissant à un usage raisonné du numérique. Dans la classe numérique, les outils numériques côtoient le papier, les livres et les crayons. Les professeurs et les élèvent utilisent l’outil numérique ou non, sélectionnant le plus efficace selon la finalité recherchée.

 

Le numérique ne vient se substituer que s’il permet une amélioration des apprentissages ou de la mise en œuvre.

 

Progressivement, ces deux professeurs des écoles ont développé leurs compétences dans les usages du numériques et ont mis en place des projets innovants :

  • Usages quotidiens de la tablette dans l’apprentissage des fondamentaux : lecture, production d’écrits, enregistrements oraux, exercices de français et de mathématiques
  • Usages de l’ENT : pour partager, communiquer
  • Participation au projet Twictée
  • Utilisation du dispositif Maths en vie
  • Participation au défi TICE 95
  • Création d’une Web-radio
  • Projets codage/programmation
  • ...

 


Effets constatés après 3 années :

  • Ces professeurs laissent davantage de place à l’autonomie des élèves face aux apprentissages
  • Le travail de groupes s’est renforcé
  • Les échanges, interactions entre élèves ont augmenté
  • Le tutorat entre élèves s’est accru autour des problèmes techniques, puis pédagogiques
  • La mise en œuvre des apprentissages s’est décentrée, passant du couple maitre/tableau face aux élèves à celui d’élève/outils numériques appuyé par le maitre.
  • La classe est devenue plus flexible : mobilité des élèves, des matériels, des groupes
  • La posture des enseignants face aux élèves a changé : les élèves ont des connaissances à apporter aux enseignants en ce qui concerne le numérique, le savoir n’est donc pas détenu que par le maître
  • Les gestes professionnels ont été modifiés : correction en direct, action immédiate sur la difficulté, accompagnement plus proche et individualisé...
  • La persévérance s’est affirmée : les élèves cherchent à résoudre les problèmes
  • Le climat scolaire s’est amélioré : les élèves collaborent, s’entraident
  • Si on ne constate pas d’amélioration des résultats scolaires chez les élèves dans leur ensemble, on remarque des points très positifs pour les élèves potentiellement en difficulté :
  • certains élèves qui auraient pu décrocher sont restés mobilisés
  • les élèves à besoins particuliers ont pu être plus facilement aidés
  • la différenciation a été facilitée
  • Les élèves transfèrent facilement les compétences développées avec le numérique dans des classes non numériques au collège
  • La communication avec les familles s’est améliorée : utilisation de la messagerie, du cahier de texte en ligne
  • Les classes sont plus ouvertes aux familles grâce à l’ENT


Suite de l'expérimentation

Ces deux enseignants ont développées de solides compétences dans la mise en oeuvre du numérique en classe. Ils n'envisagent plus de faire la classe autrement.

Des projets identiques se développent dans d'autres circonscriptions afin d'impulser les usages au niveau des écoles, des réseaux, des circonscription, notamment dans des classes de CP à 12.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France