Partager cette page

28 élèves valdoisiens sélectionnés pour accompagner le Président Macron
Evénement

18 élèves du collège Léon-Blum à Villiers-le-Bel et 10 primaires de l'école Emile-Zola à Sarcelles ont accompagné Le Président de la République, Emmanuel Macron, samedi 10 juin 2017 aux commmorations du massacre du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane. Nos valdoisiens ont ainsi pu rendre hommage aux 642 victimes de la barbarie nazie du village martyr de la Deuxième Guerre mondiale. Une visite emplie d'émotion.

 

Emmanuel Macron a souhaité que la jeunesse participe à ces commémorations.

Près de 500 enfants venus de toute la France ont ainsi eu le privilège d'accompagner le Président de la République dans les ruines du village martyr. Parmi eux, nos 28 valdoisiens sélectionnés pour représenter l'académie de Versailles.

Même si plusieurs milliers de personnes avaient fait le déplacement pour assister à cette cérémonie, c'est à tous les jeunes qu'il s'est adressés «avant tout», soixante-treize ans jour pour jour après le massacre de 642 habitants d'Oradour-sur-Glane, dont une majorité de femmes et d'enfants, par la division SS Das Reich, le 10 juin 1944.

«Le plus jeune (...) avait 8 jours», a-t-il rappelé.

"Des témoins, passeurs de mémoire..."

Aux élèves, Emmanuel Macron a lancé : «J'ai voulu que vous deveniez, vous aussi, des témoins», des «passeurs» de mémoire et plus encore, des «consciences», après avoir «vu ces lieux de vos yeux» et «serré la main du dernier survivant» du massacre, Robert Hébras, 91 ans.

Le vieil homme l'avait accompagné auparavant dans une longue déambulation à travers les ruines du village martyr, laissées en l'état depuis sa destruction. Il était aussi à ses côtés, au premier rang de la cérémonie commémorative, parmi les enfants et non parmi les officiels.

Une émouvante et marquante leçon d'histoire

Robert Hébras, 91 ans, le dernier rescapé d'Oradour-sur-Glane, a en effet témoigné à la nouvelle génération du massacre dont il a été le témoin le 10 juin 1944, où 642 villageois ont été exécutés la division SS Das Reich. "On a mis le feu sur nous", se souvient le survivant. "J'étais seul, je me suis caché dans une étable et j'ai attendu", a raconté Robert Hébras.

> Voir le témoignage capté par BFM TV :


"On a mis le feu sur nous." Le dernier rescapé... par BFMTV




> Voir ou revoir les temps forts de ces commémorations






Rappel historique : massacre d'Oradour-sur-Glane

Le massacre d’Oradour-sur-Glane est la destruction, le 10 juin 1944, de ce village de la Haute-Vienne, situé à environ vingt kilomètres au nord-ouest de Limoges, et le massacre de sa population (642 victimes), par un détachement du 1er bataillon du 4e régiment de Panzergrenadier Der Führer appartenant à la Panzerdivision Das Reich de la Waffen-SS. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes, assez semblable à ceux de Marzabotto, ou de Distomo (ce dernier perpétré lui aussi le ), qui transposent sur le front de l'Ouest des pratiques courantes sur le front de l'Est.

Ces événements marquèrent profondément les consciences ; leurs conséquences judiciaires suscitèrent une vive polémique, notamment à la suite de l'amnistie accordée aux Alsaciens « Malgré-nous » qui avaient participé au massacre. Depuis 1999, le souvenir des victimes est célébré par le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, situé non loin des ruines du village à peu près conservées en l'état. (...)

.

 



Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France