Numérique

Partager cette page

Expérimentation avec les robots Beebot en GS
Infos 91

L'équipe enseignante de l'école Charles Perrault à Villebon s/Yvette était très motivée par la mise en place d'une expérimentation autour du codage avec les robots Beebot. Nous tenons à les remercier pour leur accueil et leur implication active dans ce projet. Vous trouverez ici le compte-rendu de cette expérimentation.

Le numérique dans les nouveaux programmes

  •  Synthèse des acquis en fin de GS
    Cycle 1 – Domaine “Explorer le monde”

➤ Utilisation, fabrication et manipulation d’objets

Le robot Beebot a été l’objet numérique choisi comme support dans le cadre de cette expérimentation.

L’objectif fixé était de programmer les déplacements d’un robot. Les élèves ont été amenés à utiliser et à manipuler Beebot, pour coder et décoder les déplacements du robot de sol sur un quadrillage.

2) Le déroulé des interventions sur ce projet.

Les points ci-dessous ont été travaillés successivement , certains ont nécessité plusieurs séances.

● Découverte des mouvements de la Beebot avec le corps , tout en travaillant en
parallèle le lexique spécifique (Cf paragraphe sur le lexique). Les élèves “font le robot” ou commandent un
“élève-robot”. Cela permet ensuite un transfert lors du travail avec la Beebot.

● Découverte de la Beebot en tant qu’objet numérique

● La touche “Efface”
L’utilisation et l’importance de la touche efface dans la programmation de l’objet.

● Premiers déplacements : sur une ligne .
Situation-problème : comment amener la Beebot sur la fleur ?
Le défi est adapté en fonction des connaissances numériques des élèves (différenciation en fonction de la connaissance des nombres).
Cette séance est répétée afin de permettre aux élèves de bien s’approprier les différentes actions qu’il est possible de réaliser avec la Beebot.

● La touche “Pivote”.
La touche Pivote nécessite un travail spécifique et approfondi : la Beebot s’oriente vers la droite ou vers la gauche en restant sur place sans changer de case.
Cela explique notre choix sur l’utilisation du terme PIVOTE au lieu de tourne qui lui induit
un déplacement.
Ce point a été travaillé sur un quadrillage et des cases de couleur. (voir l’ article sur “La résolution de problèmes en GS autour de pivotements à l’aide du robot de plancher” d’Eric Greff  (IUFM de Versailles Centre d’Antony) et l’ article “Robotique pédagogique et concepts préliminaires de la programmation à l’école maternelle : une étude de cas basée sur le jouet programmable Beebot” de Vassilis Komis, Anastasia Misirli

Mise en situation de la touche pivote sur une ligne.

● Déplacements sur un quadrillage .
La séance se déroule en utilisant les cartes.
L’élève montre le chemin que doit prendre Beebot avec son doigt, il pivote dans la case. Il s’agit ici d’anticiper les déplacements à coder.

Les élèves de GS préparent ensuite avec les cartes les déplacements de la Beebot.

3) Le lexique .

Il est important de veiller à utiliser un vocabulaire précis et commun tout au long des séances
menées.
→ Les élèves doivent bien oraliser leurs actions pour renforcer l’acquisition du lexique.
(“avancer”, “reculer”, “ pivoter à droite ”, “pivoter à gauche”,“touche GO”, “touche EFFACE”)
Cela permettra d’éviter l’utilisation de termes comme “monter”, “tout droit”...
Pour se familiariser avec les cartes, présenter les cartes “Avance”,”Efface” et “Go” en grand format dès qu’elles sont utilisées par les élèves.

4) Les supports utilisés pour ce travail .

Le matériel utilisé a fait l’objet d’un travail au sein d’une commission et a été présenté lors
d’une animation pédagogique.
Vous retrouverez les documents réalisés dans l’ article sur le site de Ressources 91

● Les cartes des actions Beebot qui renforcent le travail sur le lexique.

● Les cartes images représentant des ruches, des fleurs...

● Les cartes routes, supports matérialisant des chemins en ligne.

● Les supports matérialisant des quadrillages.

Utilisation de support cartonné.
5 cases et 8 cases

                   

Les bandes peuvent être jointes afin de créer un chemin plus long.
La ruche est positionnée sur la ligne quadrillée en fonction de la connaissance des nombres de l’élève (différenciation).

● Un support “chevalet” pour poser les cartes.
Ce support mobile permet de déplacer très facilement le programme réalisé avec les cartes.
L’élève peut se déplacer avec le chevalet pour s’orienter plus facilement.
Sur cette vidéo, les élèves de GS l’utilisent pour coder les déplacements de la Beebot.

5) Les prolongements possibles

Voici quelques pistes pour prolonger le travail avec Beebot.

● Apprendre à décoder un déplacement écrit (programme) .
● Garder une trace écrite qui code un déplacement (bande avec des cases).

Expérimentation conduite par la commission codage – Beebot composée de référents
numériques et de CPC du 91.
Juin 2016

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France