Inscrivez-vous aux concours de recrutement d'enseignants

 

Favoriser la construction du parcours de l'élève grâce au nouveau lycée

Partager cette page

Un nouveau lycée général et technologique

Des parcours au plus près des envies et des besoins de chaque lycéen.

Une offre de formation diversifiée : sept spécialités ou plus dans la quasi-totalité des lycées.

Une stratégie académique d’accompagnement déployée au plus près des acteurs.

Au niveau national

À compter de la session 2021, le baccalauréat général et technologique évolue afin de mieux répondre aux besoins des lycéens et d’en faire un véritable tremplin vers la réussite dans l’enseignement supérieur. En amont, le lycée est repensé afin de mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet d’orientation et dans l’acquisition des compétences nécessaires à leur poursuite d’études. À la rentrée scolaire 2019, la mise en place du nouveau lycée se traduit notamment par une nouvelle organisation des enseignements, une offre de formation renouvelée et un accompagnement des élèves renforcé. Désormais, c’est un parcours beaucoup plus personnalisé qui s’offre à chaque lycéen. Parallèlement, de nouvelles modalités d’évaluation se mettent en place : plus progressives, elles valorisent mieux le travail des élèves tout au long de leur scolarité au lycée.

 

Dans l'académie

Le travail mené tout au long de l’année scolaire 2018-2019 a permis de construire, de manière méthodique et progressive, les étapes constitutives du nouveau lycée sur la base d’une concertation menée à toutes les échelles du territoire : académie, département, bassin d’éducation et de formation, établissement. A la faveur d’un dialogue confiant et structuré avec les équipes, la carte académique des nouveaux enseignements de spécialité a été conçue en poursuivant plusieurs objectifs : veiller à l’équilibre territorial, enrichir l’offre de formation pour les élèves et privilégier les complémentarités entre établissements au niveau local, dans une logique de réseau.

Afin d’accompagner la mise en œuvre de la réforme, des outils d’aide au pilotage et des ressources institutionnelles ont été produites par un groupe de travail académique et mises à disposition sur un espace numérique dédié au nouveau lycée. Pour favoriser l’appropriation des nouveaux programmes et des nouveaux enseignements, une stratégie d’accompagnement a été déployée auprès des équipes pédagogiques : animations pédagogiques disciplinaires, réunions d’équipes au sein d’un établissement ou d’un réseau d’établissements, journées de réflexion dédiées, séminaires, etc. Conjointement, un plan académique de formation a été mis en place dans le cadre duquel des formations à initiative locale (FIL) sont privilégiées afin de répondre au plus près des besoins exprimés par les équipes éducatives. Dans ce cadre, 60 formateurs interviendront notamment autour de 4 thématiques structurantes tout au long de l’année 2019-2020 : tests de positionnement et accompagnement personnalisé ; travail personnel du lycéen ; compétences de l’élève à s’orienter ; compétences orales de l’élève.

 

Ce qui change à la rentrée

Grâce au travail mené par les équipes de direction et à la qualité du dialogue conduit avec les familles, la mise en place du nouveau lycée permet aux élèves de bénéficier d’une offre de formation riche, diversifiée et équilibrée.  Au sein de l’académie de Versailles, 92,5 % des lycées publics proposent sept enseignements de spécialité ou plus et 86 % d’entre eux les sept enseignements les plus courants (mathématiques ; physique-chimie ; sciences de la vie et de la Terre ; histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littératures et cultures étrangères ; sciences économiques et sociales). L’implantation des nouveaux enseignements de spécialité permet de veiller à une meilleure équité territoriale et de renforcer l’offre de formation dans certains lycées.

Les choix des familles opérés à l’issue des conseils de classes en fin de classe de seconde montrent que les élèves ont pleinement usé de leur liberté pour choisir les enseignements de spécialité et qu’ils se sont très bien emparés de la diversité rendue possible par le nouveau lycée. Ils plébiscitent donc les nouveaux enseignements de spécialité. C’est notamment le cas pour la nouvelle spécialité « numérique et sciences informatiques » qui connait un essor significatif sur le territoire versaillais puisqu’il a été choisi par 11,5% des élèves, début très prometteur pour un enseignement nouveau autour duquel s’enclenche une vraie dynamique. L’enseignement « histoire-géographie, géopolitique, science politique » a été choisi par 34% des élèves. L’enseignement « humanités, littérature et philosophie » va permettre à 17% des élèves d’étudier la philosophie dès la classe de première.

 

Dans l’académie... une formation diplômante pour les enseignants de la nouvelle spécialité « numérique et sciences informatiques »

Un nouvel enseignement de spécialité « numérique et sciences informatiques » (NSI) entre en vigueur avec pour obj ectif l’appropriation des concepts et méthodes qui fondent l’informatique. Elle prépare les élèves à une po ursuite d’études dans l’enseignement supérieur, en les formant à la pratique d’une démarche scientifique et en dév eloppant leur appétence pour des activités de recherche. Afin d’accompagner les professeurs de ce no uvel enseignement, l’académie met en place un plan de formation ambitieux en partenariat avec 3 universités : Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Cergy-Pontoise et Par is-Sud Saclay. Cette formation – qui concerne près de 250 enseignants sur l’ensemble du territoire – se traduit par la d élivrance d’un diplôme interuniversitaire (DIU), préparé sur deux années scolaires, qui atteste du niveau co mpétences et valorise un parcours de formation exigeant.

 

Dans le Val d’Oise et l’Essonne... le nouveau lycée offre l’opportunité de nouveaux partenariats

Au niveau local, la mise en place du nouveau lycée offre l’opportunité aux équipes de direction de mutualiser leurs initiatives et de coordonner leur offre d’enseignements de spécialité ou optionnels à l’échelle d’un territoire. Dans le Val d’Oise, des élèves de première du lycée polyvalent Charles Baudelaire à Fosses suivent la spécialité sciences de l’ingénieur (SI) au Lycée des métiers, de l’industrie, du commerce et des services à l’entreprise Romain Rolland à Goussainville. Ce partenariat permet d’enrichir l’offre de formation à l’échelle du bassin de Gonesse et d’engager les élèves dans un parcours d’excellence. Dans l’Essonne, la même logique de mutualisation prévaut à Arpajon dans le bassin d’Étampes entre le lycée René Cassin et le lycée Edmond Michelet pour la spécialité sciences de l’ingénieur mais aussi pour les enseignements optionnels de langues et cultures de l’Antiquité (LCA), d’italien et de chinois. Une convention de partenariat entre les deux établissements a été formalisée en ce sens.

 

Dans l’académie... le projet ECONOFIDES pour apprendre l’économie autrement

ECONOFIDES est inspiré de CORE, un projet collaboratif international qui a révolutionné l’enseignement de l’économie dans le supérieur en abordant les grandes questions du monde contemporain, et qui est enseigné dans les meilleures universités du monde entier. Les concepteurs avaient une ambition : mettre l’économie à la portée du plus grand nombre d’étudiants « comme si les 30 dernières années avaient vraiment existé »; leur proposer une ergonomie adaptée et de la pédagogie inversée; leur permettre d'étudier à partir d’une version française mais aussi d’une version anglaise. CORE economics a rencontré un vif succès. Le projet a été adapté aux programmes d'économie de lycée, sous forme pédagogique et numérique, avec l'équipe de chercheurs de Core et de Sciences Po, l'Académie de Versailles, la plateforme Artips et la Région Île-de-France. A la rentrée 2019, le programme est proposé dans 50 lycées de l’académie sous forme de plateformes de micro-learning et d’e-books interactifs pour donner le goût de l'économie aux élèves, de la Seconde à la Terminale. En partant des grands enjeux de l’économie et de la société, le projet vise à susciter une nouvelle manière d’enseigner l’économie, qui s’inscrit dans les nouveaux programmes et qui accompagne le virage numérique opéré au lycée. Le projet repose sur : une nouvelle pédagogie fondée sur la pédagogie inversée ; des supports en numérique et interactifs ; des programmes traduits de manière ludique, un parcours pour l’ensemble du lycéen, et des contenus permettant d’aller vers l’enseignement supérieur. Les inspecteurs accompagneront l’expérimentation ECONOFIDES qui participe à l’élargissement de l’offre pédagogique mise à la disposition des enseignants. Tous les professeurs expérimentateurs pourront rendre compte de leurs pratiques professionnelles avec cette ressource, partager leurs analyses et mutualiser leurs bonnes pratiques, afin qu’ensemble nous puissions parfaire l’outil et ses utilisations.



Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France