Toutes les actualités

Partager cette page

La plaidoirie de Liora Amsellen et Asaël Kimfuta : lauréates du prix Amnesty International au concours lycéen du Mémorial de Caen
Projet académique  - 11/04/2018

Lundi 9 avril, Liora Amsellem et Asaël Kimfuta du lycée Hoche ont repris leur plaidoirie lauréate du prix Amensty International du concours national lycéen de plaidoirie du Mémorial de Caen.

Liora et Asaël, toutes deux élèves en terminale au  lycée Hoche à Versailles (78) ont développé leur plaidoyer autour du phénomène d'enfants accusés par leur entourage familial d'être responsables de tous leurs maux. De nombreux enfants sont accusés de sorcellerie et n'ont d'autre choix que de se retrouver à la rue. C'est le sujet du docu-fiction "Kinshasa Kids".

Elles ont choisi ce sujet car Asaël est née et a grandi en République Démocratique du Congo jusqu'à l'âge de 13 ans. Elle a été rencontré des enfants des rues, mais n'avait pas conscience que leur situation pouvait être liée à cette forme de violence. Elle a proposé le sujet à Asaël lorsqu'elles ont décidé de présenter le concours de plaidoiries du Mémorial de Caen.


C'est un phénomène répandu en Afrique centrale, où il est fréquent de rejeter toute forme de différence à la norme. L'éloignement de la norme est considérée comme un signe du démon, ainsi, les pasteurs auto-proclamés s'engouffrent dans cette brèche pour manipuler les familles et leur extorquer de l'argent pour exorciser leurs enfants.



Elles n'ont pas compté les heures de préparation, mais ont rédigé 15 versions différentes pour que cela corresponde aux critères du concours :  ne pas dépasser 8 minutes avec un temps de parole équitablement réparti entre les 2 oratrices. La sélection s'est faite d'abord par un travail écrit présenté par 3000 candidats. Puis une première sélection régionale a regroupé 10 lauréats régionaux. Seules nos deux lauréates régionales sont allées au concours national. Ce projet leur tenait aussi à coeur car il s'agit d'un projet de vie. Elles souhaitent travailler dans l'humanitaire et postulent toutes deux à des Instituts d'Etudes Politiques.


 

Derrière les enfants des rues, qui vivent loin ailleurs, il y a une vie. La différence entre vous et eux, c'est l'opportunité, l'éducation. Pour moi, c'est une obligation de les aider. Parlez-en autour de vous.

 
La conclusion d'Asaël
 




Ambassadeurs Unicef dans les Yvelines

Il existe environ 130 jeunes ambassadeurs de l'UNICEF dans les Yvelines, essentiellement à Saint-Germain-en-Laye.
Vous pouvez créer un club jeunes ambassadeurs dans votre lycée pour accompagner l'engagement des jeunes.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France