Ça change quoi, pour l'enseignant ?

Partager cette page

Partager
24/05/2018

Témoignages

 Les entretiens réalisés au cours de la première période, ont eu lieu dans des classes d'enseignants volontaires en REP+ d'écoles du département de l'Essonne.

Les films avaient pour objectif de montrer différentes organisations de l'espace classe suite à l'entrée dans le dispositif 100 % réussite.

Trois de ces vidéos illustrent le fonctionnement d'enseignant(e)s dans des C.P. à effectifs réduits et une autre le fonctionnement en co-enseignement à 24 élèves.

Simon : « Un avant/ un après »

École élémentaire Le Buffle, Grigny,Rep+

Simon est un enseignant débutant.

C'est sa deuxième rentrée dans l'école. Il est ambassadeur du numérique.

Simon a été volontaire pour prendre un C.P. dans le cadre du dispositif 100 % réussite. Il est passé d'un C.M.2 à 24 à un C.P. à 12.

Il a tout de suite été confronté au problème d'investir le « vide ». Pour cela, il a supprimé des meubles, modifié leurs dispositions voire repensé leur utilisation et expérimenté de nouveaux espaces.

Il a créé des zones dans sa classe :
  • coin regroupement pour les passations de consignes, créer la cohésion du groupe autour de projets...
  • coin numérique pour favoriser des apprentissages dynamiques et interactifs...
  • coin bibliothèque pour favoriser l'accès aux livres et « souffler ».

Il a explicité à ses élèves la fonction de chacun de ces espaces.

Le C.P. à 12 lui a permis d'oser enseigner autrement et il n'envisage plus aujourd'hui de fonctionner comme il le faisait auparavant.

Cédric : « Des espaces pensés et bien identifiés »

École élémentaire Le Buffle, Grigny, Rep+

Cédric est un enseignant confirmé dans l'équipe.

Il enseigne en C.P. depuis quelques années. L'entrée dans ce dispositif l'a amené à se questionner de nouveau.

Cédric évoque l'espace dont il dispose désormais et qui lui a permis de mettre en place une organisation spatiale autour de 3 axes :

  • un coin regroupement favorisant le langage et la remédiation (poésie, passation de consignes, débats, humeurs, espace de travail avec le maître...) ;
  • des tables modulables en fonction des besoins en ayant pris le soin de ne pas forcément attribuer une place pour chaque élève ;
  • un coin B.C.D. à la fois coin détente et espace d'apprentissages.

Du côté des élèves, l'enseignant évoque davantage d'entraide et de collaboration.

Ils sont très sollicités et soumis à un rythme d'apprentissage intense.

Conscient de cela, il leur permet une plus grande liberté dans leurs déplacements.

Il a a mis en place un temps d'accueil avec des ateliers libres, favorisant du même fait la transition entre la maison et l'école.

Lydie Lory : « S'inspirer de la maternelle »

École élémentaire Le Bélier, Grigny, Rep+

Lydie Lory est une enseignante chevronnée qui avait déjà des C.P. auparavant. Elle s'est portée volontaire pour prendre un C.P. à effectif réduit.

Lydie Lory a favorisé la liaison G.S./C.P. en allant voir les pratiques de ses collègues de maternelle avec lesquelles elle a beaucoup échangé. Elle y a emprunté un certain nombre de modalités pédagogiques (travail en ateliers, déplacement des élèves, coins marchande, regroupement...).

Ce C.P. à 12 a permis de libérer des espaces et d'identifier des coins spécifiques d'apprentissages. L'espace bibliothèque a été pleinement investi. Pensé pour le rendre confortable, il donne aux livres une place centrale dans sa classe.

Le coin marchande lui permet d'observer ses élèves au travail et de favoriser leurs interactions langagières.

Les espaces créés permettent aux élèves de se déplacer plus librement. Ainsi, elle peut prendre en compte leurs besoins de mouvements et mieux les mobiliser pendant les apprentissages.

Ces règles de fonctionnement ont été bien explicitées aux élèves.

Julie M. et Amandine P.E. à Paul Eluard Corbeil « Un co-pilotage efficace »

École élémentaire Paul Éluard à Corbeil-Essonnes, Rep+

Amandine est une enseignante qui avait déjà enseigné en C.P.. Julie (titulaire 2ème année), a quant à elle été affectée sur un poste P.D.M.Q.D.C. Elles exercent en co-enseignement en C.P. depuis la rentrée 2017.

Cette modalité favorise selon elles le travail en ateliers.

Les regards croisés et les temps d'échanges quotidiens permettent une meilleure connaissance des élèves. Cela favorise la mise en place d'une différenciation efficace et un étayage direct.

Du côté des élèves, les temps de pause sont réduits, cela permet une plus grande sollicitation.

Les phases de manipulation prennent une large part dans l'enseignement au sein de la classe.


Un C.P. dédoublé, ça change quoi ?


Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France