Santé, social

Partager cette page

Exemples de pratiques pédagogiques adaptées aux déficiences auditives

Définitions

Il existe différents niveau de surdité :

Légère
La parole normale est perçue mais certains éléments phonétiques échappent à l'élève.
La voix faible n'est pas correctement perçue ; il y a peu de retentissement sur le langage.
Chez l'enfant dont le handicap n'a pas encore été dépisté, on parle d'inattention.

Moyenne
La parole n'est perçue que si elle est forte et articulée.
La lecture labiale est utilisée.
Les difficultés sont certaines sans appareillage.
L'articulation est défectueuse.

Sévère
La parole n'est pas perçue sauf quand la voix de l'interlocuteur est très forte.
La lecture labiale est une aide précieuse à la compréhension.
L'appareillage et l'orthophonie sont indispensables pour une bonne construction du langage.
L'acquisition spontanée du langage oral est impossible, mais il n'y a pas d'altération importante de la voix.

Profonde
Il n'existe aucune perception ni des bruits ni de la voix sans appareil.
La compréhension du message oral est presque impossible sans lecture labiale.

Le terme « malentendant » désigne plus spécifiquement une personne atteinte de surdité légère ou moyenne.

Aides et modes de communication

Lecture labiale
Elle consiste à déchiffrer le message de l'interlocuteur sur ses lèvres.
La lecture labiale ne restitue pas intégralement le message en raison de l'existence de phonèmes invisibles ou de sosies labiaux (ex : le P et le B) identiques sur les lèvres.
Un labiolecteur n'identifie que 30 à 35 % du message. Le reste est deviné en fonction du contexte.

Langage parlé complété (L.P.C.) ou cued-speech
C'est une aide à la lecture labiale. Il permet d'améliorer la réception du message oral. Il s'agit d'associer à la lecture labiale un code gestuel minimal. Ce geste se compose d'une position de la main et d'une configuration des doigts effectué près du visage.
Ce système permet de distinguer les sons ayant une même image labiale et donc de lever les ambiguïtés dues aux sosies labiaux.

Langue des Signes Française (L.S.F.) ou langage gestuel
Cette communication se fait uniquement par signes.
Chaque signe est porteur de sens indépendamment de toute réalisation par la parole.
Chaque signe est constitué par la combinaison simultanée de 5 éléments :

  • la configuration des mains ;
  • l'orientation (doigts, paumes, bras) ;
  • l'emplacement (sur le corps, l'espace...) ;
  • le mouvement (répété, rapide, lent...) ;
  • l'expression du visage.

La L.S.F. est une langue à part entière possédant une grammaire et une syntaxe, différentes de la structure de la langue française. La langue des signes n'est pas la même dans les autres pays.

Dactylologie
Il s'agit de l'alphabet réalisé manuellement. La dactylologie a donc pour référence la langue écrite et non la langue parlée. Elle s'utilise aussi bien en complément du langage oral que du langage gestuel pour épeler les noms propres, les mots nouveaux ou techniques.

Français signé
C'est une méthode qui utilise le support de la langue orale à laquelle sont ajoutés simultanément des gestes de L.S.F. Ces gestes supplémentaires ne sont pas organisés en système et ne constituent pas une langue. Lever ambiguïté et contresens suppose de maîtriser les deux langues qui ont leur propre organisation tant au niveau lexical que syntaxique.

Conseils de communication

Au préalable :

  • s'informer sur les modes de communication de l'élève, ses façons de se faire comprendre, les aides techniques dont il a besoin ;
  • informer la classe de la présence d'un élève ou de plusieurs déficients auditifs dans la classe ;
  • faire comprendre la nécessité de calme : pas de bruit de fonds, de brouhaha.

Attitudes souhaitables pour favoriser la communication avec le jeune déficient auditif :

  • ne jamais se sentir ridicule ;
  • établir un lien de confiance et d'apaisement avec l'élève concerné ;
  • attirer son attention avant de parler ;
  • se placer bien en face de l'élève, en évitant les contre-jours et l'obscurité ;
  • ne pas parler en écrivant au tableau ou avec un crayon dans la bouche ;
  • savoir qu'une moustache ou une barbe peut empêcher la lecture labiale ;
  • ne pas mettre la main devant la bouche ;
  • éviter de se déplacer dans la classe en parlant ;
  • utiliser le langage du corps (mimiques expressives, gestes, toucher, attitudes corporelles).

Présentation des cours :

  • Soigner l'écrit en général : présentation, écriture, couleurs ;
  • Cours bien structurés, plans simples et clairs ;
  • Privilégier les informations visuelles (schémas, graphiques, illustrations, exemples concrets) ;
  • Penser à éclairer le tableau.

Choix des méthodes pédagogiques :

  • Eviter les cours magistraux ;
  • Etudier la progression annuelle en la rappelant au début de chaque cours dans un coin du tableau ;
  • Varier les accroches des élèves (sorties, intervenants...) ;
  • Utiliser les D.V.D. pour bénéficier des sous-titres (y compris les films français) ;
  • Veiller à la place de l'élève dans la classe (de préférence au second rang) et notamment en cas de débat (organiser la classe en arc de cercle) ;
  • Alterner les temps consacrés aux documents et aux explications orales : l'élève sourd ne peut faire les deux à la fois.
Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France