Inscrivez-vous aux concours de recrutement d'enseignants

 

Élèves à besoins éducatifs particuliers

Partager cette page

L'accompagnement des élèves intellectuellement précoces : conférence du 13 janvier 2016

Le mercredi 13 janvier, une conférence « Accompagner les élèves intellectuellement précoces » a été organisée par le bassin d’éducation de Rambouillet. En voici les contenus :

Qu’est-ce-que la précocité intellectuelle ? / Tests psychométriques / Signaux d’alerte

  • Intervention de Mmes PETIT et LERICHE, psychologues de l’éducation nationale

lien interne

Qu’est-ce-que la précocité intellectuelle ? / Tests psychométriques / Signaux d’alerte (diaporama pptx des interventions)

L’accompagnement de la scolarité des enfants intellectuellement précoces / La communication aux familles

  • Intervention de Mme VARY, enseignante spécialisée et de Mmes COGNET et VINTAM, professeures des écoles
  • Intervention de Mme FERET, principale adjointe et de Mmes KHERARO et MOMBERT, professeures de collège
  • Intervention de Mme ABITBOL, inspectrice de l’Éducation nationale

lien interne

L’accompagnement de la scolarité des enfants intellectuellement précoces / La communication aux familles (diaporama pptx des interventions avec vidéos et commentaires)lien document (120104 Ko)

1.L'accompagnement dans le premier degré

1.1. Le problème du passage à l'écrit, source première de leur difficulté scolaire

Intervention de Madame Christine VARY, enseignante spécialisée à dominante E.

La prise de conscience de la singularité du mode de pensée de ces élèves est le levier qui pourra permettre l'élaboration et la mise en place d'aménagements pédagogiques adéquats.

Bien évidemment parmi ces élèves seuls ceux qui posent problème car en difficulté scolaire ont besoin d'un projet personnalisé (un tiers des EIP sont en échec scolaire). Mais si ces enfants ont des particularités : des difficultés dans le passage à l'écrit, dans la méthodologie et dans la gestion des émotions, il n'en demeure pas moins qu'ils sont uniques et les aménagements sont à adapter à chaque enfant.

Le problème du passage à l'écrit est une difficulté majeure pour un grand nombre de ces élèves et la source première de leur échec. Cette difficulté peut se retrouver dans la mise en mots de leur pensée, dans le geste même d'écriture, mais aussi dans le respect des contraintes de l'écrit et dans la motivation à écrire.

Leur raisonnement singulier fait qu'ils se perdent dans leurs pensées, chaque réflexion en amenant une autre, ils se retrouvent parfois, en expression écrite, hors sujet sans comprendre pourquoi. Il y a un grand décalage entre la richesse de leur pensée et la pauvreté des rendus écrits. Les enseignants remarquent un manque de structure et d'organisation du récit, ainsi qu'un éparpillement des connaissances à l'écrit surtout.

On remarque aussi des difficultés précocement, souvent dès l'école maternelle, ils sont malhabiles en graphisme et rencontrent des difficultés dès les premiers apprentissages des lettres. Ceci peut se manifester par une crispation physique, une lenteur à l'écriture, un tracé peu fluide et une écriture plutôt anguleuse, voire illisible, tout ceci conduisant parfois à un blocage dans le passage à l'écrit.

Deux hypothèses sont évoquées pour expliquer ces difficultés durables :

  • Le décalage entre le développement de leurs compétences verbales et le développement de leurs compétences psychomotrices,
  • Le fait que l'écriture et le raisonnement ne sont pas sur le même tempo : fulgurance des pensées et écriture laborieuse.

Ils ont souvent aussi des difficultés à appliquer le code orthographique. Combien d'élèves intellectuellement précoces disent : « ce qui compte c'est qu'on comprenne ce que je veux dire et non ce que j'écris ! » ?

Il y a tout un travail à faire en classe autour des méta-apprentissages : A quoi sert l'orthographe ? Pourquoi est-ce important de faire de la grammaire, de la conjugaison ?

A l'école, l'écriture est au centre des apprentissages, il y a donc nécessité en premier lieu d'alléger l'activité d'écriture tout en conservant une certaine exigence.

Pour soutenir leurs efforts dans le geste graphique, des séances d'écriture en petit groupe, en APC par exemple, sur plan vertical avec feutre effaçable et les yeux fermés peuvent les aider dans cette tâche difficile pour eux.

Afin d'évaluer leurs compétences sur le savoir proprement dit sans le biais de l'écriture, on peut privilégier les évaluations à l'oral ou avec des exercices à trous ou encore en privilégiant des questions de reconnaissance plutôt que de rappel.

L'utilisation de l'outil numérique peut leur être bénéfique. Pour l'expression écrite l'utilisation d'un plan de narration est un outil précieux pour eux. Et puis pour les motiver, proposer des projets d'écriture ayant un sens pour eux. Il y a motivation, s'il y a un objectif clair et un but précis, s'il existe un projet personnel motivé et réel. »

Intervention de Madame Cécile COGNET, professeure des écoles et directrice d'école.

« Pour ces enfants, il m'arrive de préparer leur cahier du jour (écriture des verbes à conjuguer, préparation du cahier du jour avec écriture des pronoms personnels, écriture de la date, des titres, etc.) pour qu'ils se concentrent que sur la tâche à effectuer, le problème à résoudre. Cela peut paraitre étrange, mais ils peuvent rester bloqués sur la présentation. Cette simple tâche peut prendre un temps infini pour eux au détriment de la réalisation du travail demandé. Autre exemple, en conjugaison, lorsque tous les temps ont été abordés, je leur fournis des grilles de conjugaison toutes prêtes afin qu'ils effectuent pleinement les exercices de réinvestissement. Cette démarche est concluante. Les enfants s'engagent pleinement dans la tâche. » ...

... « J’ai aussi modifié les consignes du type « Recopie le texte puis entoure les compléments du verbe. » La consigne est réalisée directement à partir du texte sans que l’enfant ait besoin de le recopier. Quand ils ont compris, ils ne voient pas l’intérêt de perdre du temps à recopier le texte, d’autant qu’ils ont généralement un rapport au geste graphique très conflictuel. Tout travail doit avoir du sens pour eux !

Le travail en expression écrite est également primordial car les EIP conceptualisent rapidement mais ils éprouvent des difficultés à structurer leur pensée. Je mets à leur disposition des ordinateurs pour leur éviter d’avoir à écrire plusieurs jets au brouillon. Sinon, ils se découragent vite. » ...

... « Les EIP peuvent utiliser librement des casques anti-bruits lorsqu’ils ont besoin de se concentrer. Cela les aide à ne pas écouter ce qui se passe avec les autres niveaux de la classe. Certains des EIP ont ainsi augmenté leur vitesse de travail. »

1.2. Une pensée en arborescence

Intervention de Madame VARY, enseignante spécialisée à dominante E

« Ces élèves traitent préférentiellement les informations de façon simultanée et globale, ils manifestent une pensée en arborescence.

Ils emmagasinent toutes les données très rapidement et sans faire le tri, elles ont donc toutes la même importance. Une question amène à une autre question, qui elle-même renvoie à une autre question et ainsi de suite.

On pourrait dire qu'ils ont une pensée « sans limite » ! Il y a des EIP qui verbalisent le fait qu'ils se sentent prisonniers de leurs pensées...

Ils ont donc des difficultés pour restituer des informations de manière linéaire et chronologique, il est préférable de leur apprendre à se créer des cartes mentales comme trace écrite d'une leçon ou comme prise de notes au collège.

Face à un problème à résoudre, ces enfants peuvent presque immédiatement donner la solution par le biais d'un compactage inconscient des informations traitées et mises en relation avec des données déjà mémorisées et avec un raisonnement intuitif, ils trouvent la réponse facilement mais n'ont pas accès à leur procédure.

Ils n'ont pas conscience qu'on peut apprendre par étapes en mettant en place des stratégies, ils manquent de méthode et ne connaissent pas l'effort, ils savent mais ne savent pas apprendre. Ils n'adhèrent pas aux apprentissages séquentiels partant du plus simple pour aller vers la complexité.

Leur grande capacité mnésique peut aussi leur jouer des tours car ils ne font aucun travail d'élaboration sur le contenu et la structure de la connaissance à intégrer.

Ce qui signifie que leurs connaissances sont superficielles et qu'ils n'ont pas mis en place les mécanismes cognitifs nécessaires pour s'approprier véritablement la connaissance. Finalement si nous n'y prenons pas garde, ils sont en classe mais n'apprennent pas à apprendre.

Cette non élaboration des processus d'apprentissage peut les handicaper dans leur développement cognitif surtout qu'ils ont tendance à préférer travailler seuls, or pour apprendre, ils ont besoin des autres pour entendre l'explicitation des différentes stratégies et s'investir dans un conflit socio-cognitif, si déstabilisant pour eux car ils sont dans l'attitude du résultat sans possibilité d'argumenter ou de se justifier.

Ce qui est important c'est de les amener à ce qu'ils prennent conscience premièrement de leur manière d'apprendre et deuxièmement du nécessaire travail à faire pour intégrer et s'approprier le savoir.

Notre rôle est de les amener à acquérir des procédures métacognitives car comme nous venons de le voir, ils se précipitent, ils ne savent pas comment réfléchir, comment se poser des questions. Face à un problème, quelle stratégie utiliser ? Comment commencer ? Est-ce que je suis capable d'y arriver ? Ai-je besoin d'aide ?...

Mais aussi de leur apprendre à classer, à inventorier, à combattre leur impulsivité et à dégager le principal de l'accessoire. »

Intervention de Madame VINTAM, professeure des écoles

« Être face à un enfant qui a un fonctionnement intellectuel particulier est très perturbant pour un enseignant, surtout quand il débute.

De plus, on est déstabilisé parce que l'enfant précoce sait et ce quel que soit le domaine que l'on aborde ! Mais, en tant qu'enseignante, je ne peux pas me contenter de la bonne réponse à un problème donné. Sinon, je risque de contribuer à former des élèves blasés.

« On doit nourrir et préserver la flamme de l'envie et du plaisir que procure l'acte d'apprendre. » Isabelle Peloux.

Comme les enfants précoces ne s'expliquent pas comment ils savent, j'essaie de tout mettre en œuvre pour leur permettre de comprendre quel chemin ils ont emprunté pour trouver le résultat d'un calcul, la solution d'un problème voire même l'orthographe d'un mot.

Je les écoute très attentivement, je les encourage à parler, je reformule et je reprends leur pensée pour leur montrer que leur raisonnement est correct et qu'ils pourront recommencer la prochaine fois qu'ils devront faire face à un même type d'exercice.

J'insiste sur le fait que l'essentiel n'est pas tant le résultat que la méthode utilisée. C'est pourquoi j'encourage constamment les élèves intellectuellement précoces à verbaliser leur démarche. Je perçois que cela leur demande beaucoup d'effort, de rigueur et de concentration pour organiser leur pensée. Mais lorsqu'ils arrivent à montrer étape par étape comment ils ont abouti à tel résultat, je vois qu'ils reprennent confiance en eux car ils sont actifs dans leurs apprentissages. »

Témoignage de Madame Cécile COGNET, professeure des écoles, chargée d'une direction d'école

« Les affichages en mathématiques les aident à canaliser leur pensée. »



1.3. L'envahissement émotionnel

Intervention de Madame Christine VARY, enseignante spécialisée à dominante E.

« Cette intelligence particulière s'accompagne d'une hypersensibilité et d'une affectivité envahissante ainsi que d'une émotivité exacerbée.

C'est à dire que ce qui sera une broutille pour la majorité des enfants provoquera un cataclysme chez eux. Ils ont une grande sensibilité à tout ce qui se produit dans leur environnement.

Ils ne mettent pas de distance avec leurs émotions, ils se confondent avec ce qui se joue dans la relation. Ils vivent donc des turbulences émotionnelles constantes qui viennent brouiller leur capacité d'adaptation à l'environnement.

Il est primordial de les apaiser pour qu'ils entrent dans les apprentissages et pour qu'ils vivent avec les autres des relations harmonieuses.

Ce sont des enfants qui peuvent faire preuve d'une grande susceptibilité. Lorsque les crises arrivent, le mieux est d'attendre sans rien dire, il est inutile de menacer (arrête ! sinon, tu seras puni de vélo), de culpabiliser (ce n'est pas digne d'un enfant surdoué), ou de faire honte (tu as un comportement de bébé). L'essentiel est de les amener dans un second temps à mettre des mots sur leurs émotions en leur faisant bien préciser leurs pensées et leurs ressentis physiques.

Chez eux, tout est affectif et cet envahissement est si fort qu'ils cherchent à le maîtriser, à cacher l'impact qu'ont leurs émotions sur eux, alors ils sont dans le corps (agitation, crises, colères...), ou ils intellectualisent leurs émotions ou encore ils utilisent l'auto dérision (par contre, ils supportent mal l'humour des autres sur eux !). Ces stratégies leur permettent de tenir leurs émotions à distance et de les rendre tolérables mais masquent ce qui les fait authentiquement souffrir.

Nous devons parvenir à les amener à verbaliser leurs ressentis par des ateliers de parole, par des ateliers à visées philosophiques, par des jeux sur les émotions, par des activités théâtrales, des jeux de rôle. Leur intelligence de plus est elle-même anxiogène, source d'angoisse puisqu'une question en amène une autre qui elle-même en appelle une autre, leur questionnement est infini et les amène à se poser des questions existentielles qu'ils ne peuvent assumer et auxquelles ils ne trouvent pas de réponses satisfaisantes.

Ils éprouvent fréquemment des peurs intenses. Leur regard porté sur le monde est d'une lucidité implacable à l'origine d'une anxiété diffuse constante, qui empêche toute forme de lâcher prise, elle est source d'inquiétude quand elle porte sur les êtres qui les éduquent (comment se sentir rassuré par des adultes dont on ressent la propre peur ?).

On peut les amener à s'ancrer dans le présent pour arrêter les ascenseurs émotionnels énormes et la multiplication et les enchaînements à très grande vitesse de pensées, par la pratique de la « *Pleine Conscience* » qui est une manière de méditation laïque développée aux USA par John Kabat-Zinn. En France, elle a été connue du grand public grâce au psychiatre Christophe André. Elle a aussi été adaptée aux enfants et aux adolescents.

Ceci afin qu'ils créent à l'intérieur d'eux un espace sécurisant de tranquillité, afin de ne plus être en sur-brouillage. Il a été montré par les nouvelles technologies en neurosciences que ce temps de pause intérieur permet un rééquilibrage du traitement de l'information (pensées et émotions) dans les deux hémisphères du cerveau, contribuant à un apaisement.

Leur seuil d'intolérance à la frustration est souvent très faible. Ils ont besoin de sentir les limites, leurs pensées étant sans limite, l'existence d'un cadre stable qui les contienne, eux et leurs angoisses est vitale. Ils sont aussi sensibles à l'injustice et développent une grande empathie.

Nous pouvons les aider à faire de leur sensibilité un moteur de projet dans les domaines humanitaire, écologique ou même tout simplement en aidant les autres élèves.

Ils ont une hyper vigilance émotionnelle qui est un facteur de vulnérabilité. La fréquence des maux tels que : dépression, idées suicidaires, anxiété, TOC, troubles du comportement alimentaires et du sommeil... est plus élevée chez ces enfants par rapport au reste de la population enfantine.

Il est donc primordial de prendre en considération leurs besoins spécifiques. De part leur dépendance constante au contexte affectif et cognitif, les sensibiliser à la valeur de leur investissement, reconnaître leurs besoins et valoriser les progrès même minimes, leur permettront de continuer à s'engager dans les apprentissages et dans leur relation au monde et aux autres avec sérénité. »

Intervention de Madame VINTAM, professeure des écoles.

« Avant de commencer à « faire la classe », je prends toujours le temps (quelques secondes) d'observer mes élèves afin de voir s'ils sont disponibles pour apprendre.

Les enfants intellectuellement précoces se font rapidement remarquer car ils sont rarement tranquilles. En tant que garante de leur bien-être, je devais donc trouver des moyens pour leur permettre de s'apaiser, de se recentrer sur leur métier d'écolier.

J'ai commencé l'année dernière par leur faire faire des petits exercices de respiration. Et puis cet été, j'ai lu l'ouvrage d'Eline Snel « Calme et attentif comme une grenouille ». Dans ce livre, ce qui a particulièrement retenu mon attention, ce sont tous les exercices qui permettent aux enfants de se relaxer.

Depuis la rentrée de septembre, j'ai progressivement amené mes élèves à faire ces exercices de respiration et j'ai constaté des bienfaits immédiats pour tout le monde : les élèves sont plus attentifs et moi, plus à leur écoute, plus sereine.

Ce que vous allez voir dans la courte vidéo qui suit, c'est ce que nous pratiquons régulièrement en tout début d'après-midi lorsque je sens que le climat de la classe est tendu. Cela nous prend 10 minutes. Après ce temps transitoire, les après-midis se déroulent beaucoup plus agréablement. Les élèves sont plus actifs, plus attentifs. Je ne me répète plus. Les échanges sont constructifs car les enfants s'écoutent. Les règles de vie de classe ne sont pas enfreintes.

Tout ceci n'est qu'un début. J'envisage maintenant de travailler sur les émotions car j'ai remarqué que les enfants intellectuellement précoces ont plus de difficulté que les autres à gérer tout ce qu'ils ressentent et cela peut les bloquer dans leur métier d'écolier. »



2. L'accompagnement dans le second degré

2.1. Le collège une rupture possible

... du fait de l'organisation pédagogique

  • Découpage disciplinaire : emploi du temps/transmission de savoir et attentes différentes selon les enseignants
  • Intensification forte de l'écrit (longueur de la trace écrite, développer les réponses, poser sa réflexion par écrit, argumenter...)
  • Orientation

Une réponse possible : Une salle de classe fixe par discipline en 6ème

... du fait de l'évolution de l'élève de l'enfance à l'adolescence

  • Transformations physiques
  • Transformations psychiques
  • Relationnel en évolution
  • Relation aux parents (séparation, modèle...)

Les personnes ressources : Vie scolaire, médecin scolaire/IDE, professeurs, référents

... du fait des nouvelles caractéristiques de l'espace

  • Plus grand
  • Grand nombre d'élèves
  • Multitude de salles

Des réponses possibles : Course d'orientation -rentrée des 6ème (lieux/personnes), tuteurs pour les élèves de 6ème

Défaut de vigilance et mal-être peuvent être dus à

  • Angoisse/inconnu
  • Sentiment d'incompréhension
  • Sentiment de solitude

2.2. Une réponse individuelle possible : Le saut de classe

  • A titre exceptionnel. Démobilisation importante et durable. Adaptations pédagogiques devenues inefficaces. Risque de décrochage scolaire.
  • Objectif : mettre l'élève de nouveau face à plus de difficultés (savoirs nouveaux, complexité des tâches) pour redonner le goût d'apprendre.
  • Décision prise en concertation : élève et sa famille, médecin scolaire et infirmière, la COPpsy et/ou le psychologue libéral, équipe pédagogique, direction.
  • Décision accompagnée :
    • Avant : accompagnement fort de la famille pour rattraper le programme de l'année qui ne sera pas faite (lien professeurs/familles, prêt des livres...)
    • Pendant : travailler avec un professeur principal impliqué et volontaire dans la démarche, mise en place d'un PPRE si nécessaire, rencontre régulière avec le professeur principal, l'élève et sa famille, une fois par trimestre avec le chef d'établissement.

2.3. Une réponse collective possible : Les classes d'Accueil EIP

  • Historique 2014 - 2015 : Liaison CM2/6ème. Réunion RASED. 7 élèves sur les 10 repérés dans la même classe de 6ème
  • Année 2015-2016 : 2 classes de 6ème (7 et 9 élèves EIP) et 3 classes de 5ème avec 4 à 5 élèves EIP.
  • Objectifs :
    • Conserver l'hétérogénéité des classes - Taille du groupe d'EIP/groupe classe (moins d'un tiers) - Permettre aux EIP de se reconnaître mais aussi d'apprendre à vivre ensemble avec leurs pairs.
    • Amener les enseignants à l'adaptation pédagogique. Adaptation pédagogique qui in fine servira à tous les élèves.
  • Heure de concertation commune pour les enseignants des 5 classes
  • Heure supplémentaire avec la classe pour les professeurs principaux (à la demande)
  • Modalités d'aménagements de l'emploi du temps
  • Gestion de la classe : modifications d'emploi du temps, matériel spécifique...
  • Formation pour mieux connaître ces élèves et adapter (formation PAF et formation établissement)
  • CDI (mise à disposition d'ouvrages)

2.4. Mise en place de l'accompagnement des élèves

Expérience commencée en septembre 2014 avec une classe de 6ème (28 élèves) avec 7 EIP testés en primaire et 2 en cours de 6ème et poursuivie en 2015/2016 avec une classe de 6è (30 élèves) dont 8 élèves sont EIP. Mme KERHARO, professeure principale et professeure de physique en 5ème en 2015/2016 avec 5 EIP sur 28.

Témoignage de Mesdames KERHARO, professeure de physique-chimie et mathématiques et MOMBERT, professeure de français. "Nous n'avons qu'un an de recul" sur la question et nous livrons simplement un témoignage de notre expérience. L'objectif est de faire part simplement des difficultés rencontrées et des stratégies mises en place pour gérer ces élèves qui peuvent être déroutants lorsque nous ne sommes pas préparés. Les points abordés peuvent paraître peu importants mais ils nous ont permis en tant qu'enseignantes de nous positionner et nous organiser différemment la seconde année. Nous apprenons au fur et à mesure à éduquer et à aiguiser notre regard pour aider au mieux ces élèves. »

 La communication

  • Réunion enseignants école/collège à la pré-rentrée

« La liaison CM2/6è : la réunion, à la prérentrée, entre les professeurs des écoles et le professeur principal pour information (PAI, PPRE, PPS, ESS et EIP) nous a aidées. Nous avons pu mettre en place plus rapidement un suivi et certaines stratégies pédagogiques. »

  • Réunion d'information avec les parents de 6eme dès la rentrée

« Un autre moment de communication a été important : la réunion parents /professeurs qui a lieu dès la rentrée. Nous avons informé les parents de la particularité de classe composée d'un tiers d'EIP ce qui a permis d'avoir moins de questions que l'année précédente. En effet les parents d'EIP peuvent être parfois très angoissés à l'arrivée de leur enfant en 6ème car celui-ci peut avoir vécu des situations difficiles dans sa scolarité antérieure (mise à l'écart, harcèlement, difficultés scolaires...). Nous avons appelé les familles au début en début d'année scolaire en classe de 5ème. »

  • Échange avec les collègues pour les informations et astuces :

« L'échange d'informations et d'astuces a été aussi très important car certains collègues ne sont pas encore formés pour accueillir des EIP et cela a permis de les rassurer :

  • que ce soit les membres de l'équipe pédagogique ;
  • mais aussi entre les différents professeurs principaux des classes ayant un effectif important d'EIP ;
  • entre le PP de 6ème et le PP de 5ème ;
  • également avec les personnels de direction ;
  • et enfin la vie scolaire (référent du niveau par exemple...).

Pour cela il faut du temps pour échanger. »

  • Formation des enseignants

« La formation des professeurs sur le sujet est essentielle car il y a des réticences par rapport à la charge de travail supplémentaire et des interrogations.

  • PAF : La formation que nous avions demandée au PAF l'année dernière (2013 - 2014) n'a pas abouti ; nous avons donc été obligées de nous former par nous-mêmes.
  • PSYCHOLOGUE: Heureusement notre principale adjointe a organisé une rencontre avec une psychologue, Mme Nivert, qui est venue nous observer en classe sur deux heures de cours et nous avons pu discuter ensemble lors d'une réunion bilan. Cette même psychologue est revenue en fin d'année pour informer quelques professeurs en particulier sur le WISC.
  • LECTURES à disposition au CDI pour le corps enseignant (cf bibliographie) ;
  • INTERVENANT spécialiste de la matière : Il nous semblerait judicieux aussi qu'un enseignant ayant une grande expérience des EIP vienne former les enseignants dans les collèges.

Comme pour tous les élèves, connaître la situation particulière de chacun nous a permis d'adapter notre enseignement. »


L'hypersensibilité

  • Débordement d'émotion qu'il faut canaliser... :

« Les EIP débordent d'émotions et les fins de journée pouvaient être pénibles car la charge émotionnelle du vécu des élèves durant la journée était importante et ils attendaient de voir le professeur principal pour régler les problèmes de la journée.
Identification de certaines causes et mises en place de solutions :
Ex : Identifier précisément les référents et vérifier les consignes de façon plus accrue ;
Ex : Eviter les perturbations extérieures pendant le cours comme les changements d'emploi du temps car cela génère une foule de questions.

  • Support physique d'expression (tableau, ardoise, objets anti-stress..)

« Afin d'éviter de perdre la moitié de l'heure avec leurs questions et leurs angoisses, nous avons mis en place un espace physique d'expression (tableau, ardoises, .... ) qui leur permet de noter les questions ou problèmes qui demandent une réponse du professeur mais qui n'ont pas leur place dans le déroulement du cours). Ex : le professeur répond sur les ardoises (sur lesquelles ils ont écrit leurs questions) pendant qu'ils travaillent sur un exercice ce qui permet de commencer le cours plus vite. Autres ex : balles anti stress, les laisser dessiner...
Parfois cette hypersensibilité déborde de manière violente.
Ex de solution : utilisation d'un cahier de l'interdit où l'élève écrit toutes les horreurs qu'il a envie de dire afin de ne pas gêner la classe et création d'une échelle du pas content à la manière des règles d'échelle de la douleur dans les hôpitaux pour que l'élève s'évalue. Dans ce cas de figure, le travail de communication au sein de l'équipe est important. »

  • Jeux théâtraux

« Les jeux théâtraux ont aussi été une façon intéressante de travailler la gestion du corps, l'expression des sentiments et l'intégration au groupe car ces élèves ont souvent un an d'avance ou ont subi des mises à l'écart ou du harcèlement. »

  • Regroupement d'EIP sur une plage horaire appelée « heure professeur principal » (lieu d'écoute et d'expression)

« Nous avons regroupé les EIP sur une plage horaire. Ils se retrouvent donc ensemble et nous pouvons travailler sur leurs problématiques. Pour le professeur principal, il permet aussi de faire un bilan individuel avec l'élève pendant que les autres font un travail en autonomie sur les tablettes ou autre. C'est un lieu d'écoute et d'expression. »

 Éviter l'ennui


« Des situations d'enseignement et des élèves surprenants nous ont amenées à repenser notre pédagogie.... Face à l'inconnu, il faut sans cesse s'adapter et réinventer.
Nous avons travaillé à l'aide de plusieurs supports. »

  • Tablettes numériques

Au lieu de s'ennuyer, elles leur ont permis d'approfondir une notion de manière ludique lorsqu'ils avaient fini les exercices, de préparer le contrôle suivant..... Ils ont travaillé sur des applications comme itooch, le projet Voltaire, sesamaths ...
Il est important de mettre en place des activités spécifiques non pas seulement dans leurs aptitudes mais également dans leurs difficultés sans les mettre en souffrance. Un nième exercice dans un manuel n'a pas de sens pour eux et génère l'ennui.
Elles peuvent également être source de stimulation, les motiver pour finir un exercice avant d'être autorisés à prendre une tablette....
Enfin, les élèves ont utilisé les tablettes pour se filmer et ainsi réviser chez eux lorsqu'ils visionnaient les vidéos sur le site du collège.»

  • Jeux grammaticaux et littéraires

« Ces jeux grammaticaux et littéraires qui permettent de voir ou revoir des notions en répétant le cheminement intellectuel évitent de lasser les élèves, en les faisant bouger (important pour les kinesthésiques, les fatigués...). Dans la première capsule, c'est un groupe de tutorat formé uniquement d'EIP. A cette occasion nous nous sommes rendu compte que c'était des compétiteurs, qu'ils avaient envie de passer des niveaux comme dans les exercices sur les tablettes.
Les adaptations de ce type conviennent à tous les publics puisque les élèves apprennent autrement. »

  • la bataille des passés simples

  • le devine tête grammatical

  • Classe inversée

création l'an dernier d'une classe inversée sur la construction des triangles en classe de 6ème grâce à la précieuse aide de M. Stutzmann. Les élèves ont reçu des cours sous forme de ressources en ligne sur la plateforme extrapolatice qu'ils ont pu regarder chez eux. Le temps libéré en classe a donc permis de répondre davantage aux besoins individuels des élèves. Chacun travaillant à son rythme. Ainsi, les EIP, qui parfois s'ennuient lors des explications de cours car ils comprennent rapidement de nombreuses notions, n'ont plus subi ces moments-là et ont donc pu passer immédiatement aux différentes activités d'application. Le retour des EIP a été très positif.»

  • Des documents variés mis à disposition pour s'occuper, s'interroger, créer :
    • Des livres sur le thème travaillé de la période ou ceux du défi lecture. Ils lisent dès qu'ils sont en avance et, comme sur deux heures ils arrivent à lire un quart du livre, ils ont envie de le finir à la maison ;
    • Des documents courts comme mon quotidien, l'actu.... ;
    • Des énigmes et jeux sur l'œuvre étudiée en classe ou sur la logique mathématique (phrases mystérieuses, rébus, mots croisés, constructions géométriques...). Certains s'amusent à en créer pour leurs camarades sur le même modèle ;
    • Des contrôles à créer pour les autres.
  • Tutorat d'élève à élève

« Un rôle de tuteur pour l'élève qui a terminé le travail demandé. Cela n'est pas évident pour eux car ils ont du mal à expliquer leur raisonnement ; c'est donc positif pour eux et l'élève en difficulté. »

Adapter la trace écrite


Comment adapter la trace écrite pour ceux qui sont très rapides dans leur tête mais pour qui l'écrit est difficile ?

  • Difficultés lors du passage à l'écrit...

« Certains ne voient pas l'intérêt d'écrire. Trois cas de figure : pas de réponse / réponse compliquée / réponse trop courte.
Ex : A la question : Citez une qualité d'Ulysse dans l'Odyssée et justifiez. L'élève répond : « rusé mouton ». Raccourci pour : « Ulysse est rusé car lorsqu'il s'échappe de l'antre du cyclope il se place comme ses compagnons, sous le ventre des béliers. Ainsi le cyclope, aveugle, en tâtant le dos des béliers qui sortent, ne se rend compte de rien. »

  • Polycopiés à trous

« La trace écrite peut être sous forme de polycopié à trous qui permet d'éviter le décrochage; elle permet aussi de rattraper le temps perdu à cause de leurs nombreuses questions et de la lenteur à l'écrit de certains et enfin elle permet d'avoir une trace claire. Nous n'allons pas forcément plus vite avec une classe où il y a des EIP, au contraire nous perdons du temps à cause de l'afflux de questions et du besoin urgent de réponse mais nous allons plus loin. »

  • Les tablettes numériques ou ordinateurs

« L'ordinateur ou les tablettes peuvent débloquer certains élèves. Cependant, malgré le clavier, l'aide du professeur reste souvent nécessaire. Ex d'une rédaction d'élève EIP qui refusait d'écrire : « Alors POUF le garçon et BING CRAC BOUM la grenouille dans la flaque et PAF sous la chaussure .... ». A l'oral, il explique : « Comme le professeur un peu sorcier lui a jeté un sort, le garçon se transforme en grenouille : il verdit, sa langue s'allonge, il s'accroupit et se met à faire des bonds mais il atterrit dans une flaque et se fait écraser par la chaussure d'un monsieur. »

  • Allègement de l'écrit hors évaluations

« L'allègement hors contrôle de certains exercices permet aux « paresseux de l'écrit » de ne pas toujours noter toute la phrase ou le raisonnement, en particulier pour les exercices répétitifs. Ils peuvent écrire en abrégé, n'en rédiger correctement qu'un seul ... ».

  • Temps supplémentaires lors des évaluations

« Un temps supplémentaire pour les contrôles comme pour les élèves ayant des aménagements. Certains ont d'ailleurs un PAI ou un PPRE car précoce ne veut pas forcément dire excellent élève ni élève rapide, ils peuvent être lents s'ils sont perfectionnistes ou s'ils ont un problème graphomoteur. »

Organiser son cours et sa classe


« Si nous avons la chance d'avoir notre salle, nous pouvons faire des aménagements salvateurs pour éviter l'ennui et l'agitation. »

  • Organiser sa classe Un même plan de classe avec la même configuration de salle pour éviter de perdre du temps et éviter l'agitation ;
  • Des pôles de travail disséminés dans la salle, par exemple : énigmes, lectures, recherches ou écriture sur ordinateur, ... ;
  • Un même plan de classe avec la même configuration de salle pour éviter de perdre du temps et éviter l'agitation ;
  • Comme au primaire droit de se déplacer sans demander, lorsqu'il s'agit de chercher un travail supplémentaire pour approfondir.... »
  • Organiser son cours
  • Varier les activités et les supports ;
  • Structurer et ritualiser le cours ;
  • Entrecouper les heures de cours ou les activités par des pauses ou exercices de concentration ou de relaxation.
  • Piquer leur curiosité et les impliquer dans le cours: ne pas annoncer l'*objectif de la séance* mais le faire découvrir à la fin car cela donne du sens au travail en classe.


*Le matériel, les lieux et les moyens sont très importants* pour la prise en charge des EIP. »

jeux de concentration :


2.5. Conclusion

« Ce sont souvent ces petites choses qui n'ont l'air de rien mais qui ajoutées à une bienveillance et une compréhension de la différence, suffisent à éviter le décrochage de ces élèves et à rassurer les parents.
*Bilan de l'année dernière positif* : des enfants et des parents rassurés car la différence de leur enfant a été prise en compte ; cela leur a permis de s'intégrer et d'apprendre sereinement ainsi que de satisfaire leur « appétit » intellectuel.
Cependant adapter sa pédagogie peut s'avérer chronophage pour le professeur (en temps de préparation) ou pour le groupe classe mais il faut parfois accepter de perdre du temps pour en gagner. Cependant il n'est pas nécessaire d'adapter dans toutes les matières comme en SVT ou en PHYSIQUE.
*Les adaptations sont aussi valables pour les autres élèves y compris ceux en difficulté* car un des points les plus importants est la VARIETE des supports et des façons de travailler pour créer la surprise et l'envie d'apprendre. »

Des aménagements pédagogiques à la portée de tous

  • Enrichir les contenus (supports variés, supports au contenu plus complexe)
  • Proposer un approfondissement (exposé, recherche sur le sujet étudié)
  • Proposer des situations favorisant l'autonomie (permettre à l'élève de se sentir davantage « nourri » et valorisé) par exemple en pratiquant la substitution (un contenu ou un support différents de ceux utilisés pour l'ensemble de la classe, pour un apprentissage visant les mêmes objectifs et l'acquisition des mêmes compétences)
  • Limiter le temps passé aux exercices d'application/d'appropriation
  • Limiter les exercices répétitifs, privilégier les tâches complexes

Un changement de posture essentiel

  • Bienveillance
  • Confiance

La réforme du collège : un cadre d'apprentissage au service de tous

  • Nouveaux programmes "cyclés" et "soclés" : plus de cohérence et de clarté pour les élèves et les familles.
  • Différentes formes d'enseignement :
    • enseignements disciplinaires
    • accompagnement personnalisé (travailler la méthodologie, développer le goût d'apprendre, la réflexivité, l'estime de soi...)
    • enseignements pratiques interdisciplinaires (mettre du lien, donner du sens, travailler ensemble, lier connaissances et compétences...)
  • Évaluation positive qui permet de mesurer le degré d'acquisition des connaissances et compétences de l'élève ainsi que sa progression.
  • Nouveau DNB : 1 épreuve orale, 2 épreuves écrites interdisciplinaires. Évaluation du niveau de maîtrise des compétences.

3. La relation aux parents

Le rôle de l'inspecteur de l'Éducation nationale : Intervention de Madame Myriam ABITBOL, inspectrice de l'Éducation nationale

L'école est confrontée à un paradoxe, la situation des élèves qui présentent de remarquables capacités intellectuelles mais qui ne réussissent pas dans leurs apprentissages scolaires.

L'aménagement du parcours scolaire ne peut se construire sans associer l'enfant et sa famille et recueillir leur pleine adhésion.

Deux circulaires majeures dans lesquelles la relation aux familles apparait essentielle à l'élaboration d'un parcours adapté des EIP :
La première circulaire (n°2007-158 du 17-10-2007) vise entre autres, « l'amélioration de l'information des enseignants et des parents sur la précocité intellectuelle, les signes que manifestent les élèves, les réponses qui peuvent être apportées. »

La seconde (n°2009-168 du 12-11-2009) a pour objectif « d'aider les enseignants à établir des relations bienveillantes et constructives avec les parents d'élèves intellectuellement précoces. »

L'inspecteur de l'éducation nationale a constitué un pôle ressources dans le cadre de son équipe de circonscription élargie : les conseillers pédagogiques, les psychologues et médecins scolaires, les enseignants spécialisés des RASED, les enseignants référents de scolarité sont des personnels ressources qui, auprès des enseignants, œuvrent depuis le repérage des EIP, à l'élaboration de parcours personnalisés dans le cadre de PPRE, de PPRE-passerelle ou de PAP associant les familles. Ces personnels aident, par leurs conseils, les enseignants dans leur pratique quotidienne de la classe qui peut se trouver bouleversée par la scolarisation d'un EIP. Ils sont amenés à accompagner concomitamment leurs collègues des classes ordinaires, les enfants et leurs familles.

L'IEN peut être amené à donner des conseils en amont des équipes éducatives (EE) ou des équipes de suivi de scolarisation (ESS). Il est parfois sollicité, sa participation peut permettre de restaurer une relation de confiance mutuelle entre la famille et l'École pour permettre à chacun de s'inscrire pleinement dans une dynamique de réussite.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France